Observatoire des tout-petits

Menu
ENEnglish
28 avril 2020

Réouverture des services de garde: des experts se prononcent

Entendu
Par Amélie Cournoyer

Le 27 avril dernier, le gouvernement Legault a annoncé la réouverture progressive, prudente et sur une base volontaire des services éducatifs à la petite enfance et des écoles primaires du Québec à partir du 11 mai. Celui-ci a toutefois insisté sur le fait que le déconfinement des enfants s’effectuera « si et seulement si » la situation reste sous contrôle dans nos hôpitaux. 

Les avis sont très partagés dans la population et plusieurs se posent des questions. Pour y voir plus clair, nous avons rassemblé les prises de position de quelques experts qui se sont exprimés sur la question. Voici le résumé de leurs propos.

Jay S. Kaufman, professeur au département d’épidémiologie à l’Université McGill et Joanna Merckx, spécialiste en maladies infectieuses pédiatriques

Les experts ont écrit une lettre ouverte, qui a été publiée le 25 avril. En se basant sur les nouvelles données épidémiologiques à l’international, ils expliquent que les enfants de moins de 10 ans sans maladies préexistantes qui contractent la COVID-19 ont tendance à développer une infection légère ou qui passe inaperçue. Ils soutiennent également que les enfants pourraient attraper la maladie moins facilement que les adultes et qu’ils la transmettent peu et rarement. Toutes ces informations les amènent à conclure que la fermeture des écoles et des services éducatifs à la petite enfance a un effet minime sur la maîtrise de l’épidémie.

« Le SARS-CoV-2 circule dans la population humaine depuis seulement quelques mois et beaucoup reste à apprendre sur sa transmission et sa prévention, mais il existe déjà des raisons substantielles de penser que les enfants ne sont pas des contributeurs majeurs au fardeau de l’épidémie de COVID-19 et qu’ils ne devraient pas être privés d’école plus longtemps. »

Lire leur opinion
Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS)

Lors d’une conférence de presse virtuelle qui a eu lieu le 10 avril, le directeur général de l’OMS a dit craindre une résurgence mortelle de la pandémie en cas d’une levée hâtive des mesures de confinement. Selon l’OMS, six conditions doivent être remplies pour assurer un déconfinement sécuritaire :

  • contrôler la transmission du virus ;
  • assurer l’offre de santé publique et de soins ;
  • minimiser le risque dans les environnements exposés comme les établissements de santé de longue durée ;
  • mettre en place des mesures de prévention au travail, dans les écoles, et d’autres lieux fréquentés ;
  • contrôler le risque de cas importés ;
  • responsabiliser les populations.
« Je sais que certains pays préparent déjà la transition pour sortir des restrictions de confinement. Comme tout le monde, l’OMS aimerait voir les restrictions levées. Mais lever les restrictions trop rapidement pourrait entraîner une résurgence mortelle de la pandémie. »

Pour en savoir plus
Association des pédiatres du Québec (APQ)

Le 23 avril, l’Association des pédiatres du Québec a publié sa position sur le déconfinement des enfants québécois en contexte de pandémie de COVID-19. En tenant compte du consensus scientifique voulant que la maladie ne soit pas dangereuse pour la majorité des enfants, l’APQ recommande la réouverture des écoles et des services éducatifs à la petite enfance le plus tôt possible. L’Association énumère les dommages collatéraux du confinement prolongé pour les enfants, dont :

  • l’augmentation des risques de violence domestique ;
  • la chute drastique des signalements à la DPJ ;
  • le manque de stimulation cognitive et sociale pour certains ;
  • le risque de recrudescence des maladies habituellement sous contrôle (pneumocoque, méningocoque, varicelle) à cause des retards pris dans la vaccination ;
  • le dépistage tardif des retards de développement avec des conséquences irréversibles et à long terme ;
  • le développement de problèmes de santé mentale.
« Un retour progressif à la vraie vie pour nos enfants n’est pas seulement souhaitable, il est nécessaire. Il faudra bien entendu que ce retour soit graduel et prudent. Les grands-parents de ces enfants demeurent extrêmement vulnérables, tout comme le personnel plus âgé des écoles et CPE. »

Lire leur position
Dre Caroline Quach-Thanh, pédiatre et infectiologue à l’Hôpital Sainte-Justine

Dans une entrevue accordée au magazine L’actualité, qui a été mise en ligne le 23 avril, la pédiatre et infectiologue explique le concept d’immunité collective, en spécifiant que l’on estime à 70 % la proportion de la population qui doit être protégée contre la COVID-19 (par maladie naturelle ou par vaccination) pour que l’infection cesse de se transmettre. Elle précise que les enfants sont déconfinés en premier, parce que c’est le groupe le moins à risque de maladies graves, de complications et de décès liés à l’infection. Selon elle, il n’y a pas grand avantage à attendre le mois de septembre avant de rouvrir les écoles, puisque c’est peu probable que l’on ait atteint une immunité collective d’ici là. Elle convient que le déconfinement de n’importe quel groupe entraînera probablement une hausse des cas de contamination.

« Si on avait un vaccin disponible dans trois mois, la stratégie de confinement en attendant le vaccin serait envisageable. Toutefois, on ne sait pas quand ce vaccin sera disponible ; c’est inimaginable d’attendre 18 mois complètement renfermés sur nous-mêmes. »

Lire l’entrevue
Cécile Tremblay, microbiologiste-infectiologue au Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM)

En entrevue à Radio-Canada Info le 26 avril, la microbiologiste-infectiologue soutient qu’il n’y a pas encore de données qui démontrent qu’une immunité collective peut se bâtir dans le cas de la COVID-19. Cela s’explique entre autres par un manque de données sur l’immunité individuelle, notamment sur sa durée et sur les niveaux d’anticorps qui pourraient varier selon l’âge de la personne infectée et la sévérité de sa maladie. Selon elle, l’immunité collective (qu’elle chiffre à 80 % de la population) n’est ni un acquis ni un concept sur lequel le gouvernement peut se baser pour entamer un déconfinement.

« On souhaite qu’il y ait une immunité collective éventuellement qui puisse se développer. Mais on n’est pas certain que ça va arriver et on n’est pas certain quand ça va arriver. » 

Écouter l’entrevue
Boucar Diouf, biologiste

Dans un texte d’opinion publié le 25 avril dans La Presse, le biologiste remet en question la décision subite du gouvernement de rouvrir les écoles au nom de l’immunité. Il rappelle qu’il subsiste encore beaucoup de zones d’ombre autour des connaissances acquises sur le virus, ce qui fait que les certitudes d’hier sont remises en doute aujourd’hui. Il croit aussi que le Québec n’est pas prêt à affronter les conséquences d’un déconfinement, parce qu’il manque de personnel, de tests, de médicaments, d’équipements et d’organisation. Pour toutes ces raisons, il pense que le gouvernement devrait reporter le retour progressif en classe au mois de septembre afin de l’organiser efficacement.

« Oui au déconfinement intelligent des régions les moins affectées, mais pour les zones les plus touchées, une certaine sagesse impose de solidifier la base de ce que nous avons durement construit avant de sauter dessus à pieds joints et risquer de tout gâcher ! »

Lire son opinion
Étude sur l’efficacité des fermetures d’écoles lors des flambées de coronavirus, dont la COVID-19

Une équipe de chercheurs de la University College de Londres a réalisé une revue systématique sur l’efficacité des fermetures d’écoles et des autres mesures de distanciation sociale dans les écoles lors des flambées de coronavirus, dont la COVID-19. Publiée en mai 2020 dans The Lancet Child & Adolescent Health, l’étude révèle entre autres que les fermetures d’écoles à elles seules peuvent seulement prévenir de 2 à 4 % des décès liés à la COVID-19, ce qui est beaucoup moins efficace que les autres mesures de distanciation sociale.

« Dans les écoles, des mesures de distanciation sociale moins perturbatrices devraient être considérées avec attention si des politiques de distanciation sociale restrictives sont instaurées sur de longues périodes. »

Lire l’étude

Contenu dans le même dossier

L'édito
	Même en pandémie, il n'y a pas de pause pour les enfants vulnérables
27 avril 2020

Même en pandémie, il n'y a pas de pause pour les enfants vulnérables

Voir le contenu
Pour sensibiliser
	Une invitation à veiller sur les tout-petits pendant et après la pandémie
30 avril 2020

Une invitation à veiller sur les tout-petits pendant et après la pandémie

Voir la vidéo
Sous la loupe
	Le masque: quel défi pour le développement du langage?
24 juillet 2020

Le masque: quel défi pour le développement du langage?

Voir le contenu
Sous la loupe
	Guide de bonnes pratiques pour le développement des enfants pendant la pandémie
10 juillet 2020

Guide de bonnes pratiques pour le développement des enfants pendant la pandémie

Voir le contenu
Sous la loupe
	COVID-19 et prix des aliments : la pandémie des inégalités?
29 juin 2020

COVID-19 et prix des aliments : la pandémie des inégalités?

Voir le contenu
Carte blanche
	13 médecins demandent un assouplissement des mesures pour les enfants
8 juin 2020

13 médecins demandent un assouplissement des mesures pour les enfants

Voir le contenu
Sous la loupe
	Les impacts possibles de la pandémie...
9 juin 2020

Les impacts possibles de la pandémie...

Voir le contenu
L'édito
	Vivre la pandémie sans assurance maladie
29 mai 2020

Vivre la pandémie sans assurance maladie

Voir le contenu
Face à face
	«Après la crise du virus, il y aura une crise de santé publique». Entretien avec Alain Poirier
20 mai 2020

«Après la crise du virus, il y aura une crise de santé publique». Entretien avec Alain Poirier

Voir le contenu
Sous la loupe
	International : les gouvernements agissent pour soutenir les familles vulnérables
21 mai 2020

International : les gouvernements agissent pour soutenir les familles vulnérables

Voir le contenu
Sous la loupe
	COVID-19 : la situation difficile des familles sans assurance-santé
20 mai 2020

COVID-19 : la situation difficile des familles sans assurance-santé

Voir le contenu
Carte blanche
	Carte blanche de Manon Poirier : Retour au travail - faire de la santé mentale une priorité
8 mai 2020

Carte blanche de Manon Poirier : Retour au travail - faire de la santé mentale une priorité

Voir le contenu
Agir
	Les créateurs de solutions
22 mai 2020

Les créateurs de solutions

Voir le contenu
Sous la loupe
	Après les «enfants du verglas», les «enfants de la COVID-19»?
15 mai 2020

Après les «enfants du verglas», les «enfants de la COVID-19»?

Voir le contenu
Le point
	Réflexions de l’Observatoire sur la réouverture des écoles et des services de garde éducatifs
1 mai 2020

Réflexions de l’Observatoire sur la réouverture des écoles et des services de garde éducatifs

Voir le contenu
Carte blanche
	Carte blanche de Marie-France Raynault : De la beauté peut-elle émerger du chaos?
28 avril 2020

Carte blanche de Marie-France Raynault : De la beauté peut-elle émerger du chaos?

Voir le contenu
Le point
	Plan de réouverture des services éducatifs à la petite enfance et des écoles primaires
28 avril 2020

Plan de réouverture des services éducatifs à la petite enfance et des écoles primaires

Voir le contenu
Entendu
	Réouverture des services de garde: des experts se prononcent
28 avril 2020

Réouverture des services de garde: des experts se prononcent

Voir le contenu
Sous la loupe
	Les impacts du virus sur la santé des enfants
29 avril 2020

Les impacts du virus sur la santé des enfants

Voir le contenu
Le point
	COVID-19 : effets de la crise sur les familles et le développement des tout-petits 
29 avril 2020

COVID-19 : effets de la crise sur les familles et le développement des tout-petits 

Voir le contenu
Sous la loupe
	Maltraitance chez les tout-petits : il est possible d'agir sur les facteurs de risque accentués par la crise actuelle
25 mars 2020

Maltraitance chez les tout-petits : il est possible d'agir sur les facteurs de risque accentués par la crise actuelle

Voir le contenu
Le point
	Coronavirus : Les tout-petits plus à risque de maltraitance. Entretien avec Sonia Hélie
21 avril 2020

Coronavirus : Les tout-petits plus à risque de maltraitance. Entretien avec Sonia Hélie

Voir le contenu
Sous la loupe
	COVID-19 : diminuer le stress parental et favoriser la conciliation famille-travail
2 avril 2020

COVID-19 : diminuer le stress parental et favoriser la conciliation famille-travail

Voir le contenu
Sous la loupe
	La conciliation travail-famille en temps de pandémie: comment les entreprises peuvent-elles s’ajuster?
6 mai 2020

La conciliation travail-famille en temps de pandémie: comment les entreprises peuvent-elles s’ajuster?

Voir le contenu
Sous la loupe
	COVID-19 et pauvreté : le Québec se mobilise pour protéger les familles vulnérables
8 avril 2020

COVID-19 et pauvreté : le Québec se mobilise pour protéger les familles vulnérables

Voir le contenu
Sous la loupe
	COVID-19 : prendre soin de la santé mentale des parents
15 avril 2020

COVID-19 : prendre soin de la santé mentale des parents

Voir le contenu
Sous la loupe
	COVID-19 : lutter contre l’effritement du soutien social des familles
27 avril 2020

COVID-19 : lutter contre l’effritement du soutien social des familles

Voir le contenu
Sous la loupe
	COVID-19 : bien loger les familles vulnérables
14 avril 2020

COVID-19 : bien loger les familles vulnérables

Voir le contenu
Sous la loupe
	COVID-19 : s’assurer que les familles mangent à leur faim
16 avril 2020

COVID-19 : s’assurer que les familles mangent à leur faim

Voir le contenu
Agir
	Les acteurs en petite enfance se mobilisent pendant la crise
27 avril 2020

Les acteurs en petite enfance se mobilisent pendant la crise

Voir le contenu
Entendu
	COVID-19: des personnalités publique prennent la parole
29 avril 2020

COVID-19: des personnalités publique prennent la parole

Voir le contenu
Fermer

Ce contenu
vous a-t-il
été utile?

Répondre au sondage