Observatoire des tout-petits

MenuAfficher le menu
ENEnglish

Inscrivez-vous à notre infolettre pour ne rien manquer!

Les effets de la pandémie sur les tout-petits et leurs familles

Prises de parole

Coronavirus
« La rentrée scolaire constitue un moment charnière de la vie des jeunes. Les jeunes et leurs familles ont vécu des moments exceptionnels et parfois difficiles dans les derniers mois et ils auront besoin de toute notre bienveillance, notre compréhension, notre écoute et notre soutien pour bien vivre cette rentrée et l'année qui s'amorce. »
Andrée Mayer-Périard
Présidente, Réseau québécois pour la réussite éducative
Découvrir la campagne des JPS
Coronavirus
« Trop d’acteurs du réseau de l’éducation déplorent le fait qu’ils remplissent des formulaires quand ils devraient plutôt côtoyer des élèves. Si cette aberration est corrigée, ce sera un gain incommensurable. »
Marie-Andrée Chouinard
Éditorialiste, le Devoir
Les enfants avant les formulaires
Maltraitance
« Combien d’enfants devrons-nous encore pleurer, combien d’enfants allons-nous laisser être victimes de maltraitance, victimes de notre tendance à banaliser l’inacceptable? Quand notre système de protection, au-delà des mots, prendra-t-il le parti des enfants et de leurs droits? »
Suzanne Arpin
Vice-présidente de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse
Décès de la fillette de Granby : Des erreurs sur toute la ligne, selon la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse
Coronavirus
« Les familles joueront un rôle déterminant pour favoriser la relance de l’économie. […] En associant les besoins des familles en matière de conciliation famille-travail et le contexte actuel dans lequel évoluent les entreprises, nous sommes convaincus que nous contribuons collectivement à créer de meilleures chances de sortir grandis de la période exceptionnelle que nous traversons. »
Marie Rhéaume
Directrice du Réseau pour un Québec Famille
Annonce d'un financement au Sceau Concilivi
Maltraitance
« Toute la société sera gagnante lorsque tous les enfants et les jeunes seront traités avec bienveillance partout et en tout temps, quels que soient la couleur de leur peau, leur orientation sexuelle, leur milieu de vie ou les difficultés qu’eux-mêmes ou leur famille traversent »
Régine Laurent
présidente de la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse
Commission Laurent : clôture des audiences et dépôt de deux rapports
Coronavirus
« 66 % des familles immigrantes avec statut précaire déclaraient avoir dû renoncer à des soins de santé parce qu’elles n’avaient pas les moyens de payer. En plus de priver de jeunes enfants de soins dont ils ont besoin, cette situation peut faire obstacle au contrôle de la pandémie car des personnes malades pourraient décider de ne pas consulter par crainte de souffrir d’une autre maladie que la COVID-19 et se retrouver avec une facture qu’elles n’auront pas les moyens de payer. »
Fannie Dagenais
Directrice de l'Observatoire des tout-petits
Vivre la pandémie sans assurance maladie
Maltraitance
« La meilleure façon d’améliorer la protection de la jeunesse, c’est de faire en sorte que les enfants n’aient pas besoin de s’y rendre. La prévention est au cœur des préoccupations de l’ensemble des commissaires. Si un jour on pouvait diminuer de moitié les signalements retenus parce que la famille et l’enfant ont été soutenus au moment où une fragilité a été détectée, je pense qu’on pourrait éviter des passages à la protection de la jeunesse et beaucoup de parcours du combattant. »
André Lebon
Vice-président de la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse
Face à face André Lebon
Coronavirus
« La pauvreté, l’alimentation, la détresse psychologique, l’isolement et le manque de filet social, en temps normal, sont de plus gros problèmes sur la santé des individus que le virus qui nous menace depuis février. Il faut s'en préoccuper maintenant, sinon les conséquences sur la société, à moyen et à long termes, seront énormes. »
Alain Poirier
Directeur de santé publique par intérim en Estrie
Face à face avec Alain Poirier
Maltraitance
« Il nous faut revenir à des portes d’entrée sociales. Cet accueil social doit se déployer dans tous les services où se trouvent les jeunes et les familles afin de permettre la détection et la prise en charge rapides des problèmes sociaux. »
Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec

Mémoire de l'Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec
Maltraitance
« Québec obtiendra bientôt de la commission présidée par Régine Laurent un plan d’action détaillé pour mieux protéger nos enfants. Nommer un ange gardien [pour les enfants vulnérables] serait aussi une excellente façon de venir à bout des obstacles qui, forcément, se dresseront sur le chemin des espoirs de changement. »
Alexandre Sirois
Éditorialiste à LaPresse.ca
Les enfants aussi ont besoin d'un ange gardien
Coronavirus
« Le confinement à la maison nous a également fait redécouvrir quelque chose que bon nombre d’entre nous tenaient pour acquis : la valeur d’avoir un chez-soi. L’importance de pouvoir compter sur un toit sous lequel se sentir en sécurité. Le besoin essentiel de pouvoir offrir à notre famille un espace de vie digne, un logement où nous retrouver pour échanger, pour partager, pour nous rassurer, pour nous aimer. »
Alain Marcoux et autres signataires
PRÉSIDENT DE L'ASSOCIATION DES GROUPES DE RESSOURCES TECHNIQUES DU QUÉBEC (AGRTQ)
Des logements sociaux pour reconstruire notre économie
Coronavirus
« Le coronavirus a 1001 trucs pour entrer dans les craques et la pauvreté offre ces fissures qui permettent à la maladie d’entrer. C’est le temps où jamais de regarder ça veut dire, quoi la pauvreté à Montréal, et comment ça se fait qu’elle offre cette surface accessible à la maladie. »
Luc Ferrandez
Chroniqueur
FM 98,5 : La corrélation entre un quartier pauvre et l'intensité de la crise
Coronavirus
« Des récits de citoyens des pays qui ont amorcé le déconfinement semblent indiquer que la majorité s’en sort plutôt positivement, notamment avec un goût renouvelé pour la culture et pour les plaisirs de la vie. »
Marie-France Raynault
Professeure émérite à l’École de santé publique, Département de médecine sociale et préventive et chef du département de santé publique et médecine préventive du CHUM
Carte blanche: De la beauté peut-elle émerger du chaos?
Coronavirus
« On est en train de se rendre compte en temps réel de l’impact des iniquités. […] Dans une bonne partie de la population, on n’a pas mis les filets sociaux en place pour être capables d’offrir un milieu mieux protégé. Il va falloir qu’on réfléchisse, dans l’avenir, à faire ce qu’il faut. Le coût est beaucoup plus important quand on doit le payer maintenant plutôt que d’investir en amont dans un salaire minimum, l’éducation des services sociaux, le logement, etc. pour les plus vulnérables. »
Alexandre Taillefer
Homme d'affaires et chroniqueur
FM 98,5, La corrélation entre un quartier pauvre et l'intensité de la crise
Coronavirus
« Le choix de rouvrir les écoles revient à la santé publique ; nous lui faisons confiance. Mais cette décision doit aussi prendre en considération les impacts socio-économiques sur les enfants, particulièrement les enfants vulnérables, et notre legs intergénérationnel envers eux. »
Catherine Haeck et Marie Connolly
Professeures et économistes, Groupe de recherche sur le capital humain, UQAM
Lire le billet
Coronavirus
« Oui au déconfinement intelligent des régions les moins affectées, mais pour les zones les plus touchées, une certaine sagesse impose de solidifier la base de ce que nous avons durement construit avant de sauter dessus à pieds joints et risquer de tout gâcher ! »
Boucar Diouf
Biologiste
Lire son opinion
Coronavirus
« En l’absence du filet social que représentent les CPE et les écoles, avec la diminution des soins de première ligne, force est de constater que les dommages collatéraux d’un confinement prolongé pour les enfants sont déjà trop nombreux et inquiétants. »
Association des pédiatres du Québec

Position de l’Association des pédiatres du Québec sur le déconfinement des enfants québécois en contexte de pandémie de COVID-19
Coronavirus
« L'ensemble de la société est touché par la crise socio-économique liée à la COVID-19, mais certains groupes font face à des défis supplémentaires. Il est essentiel que le filet social soit suffisamment fort pour les soutenir. Les annonces des dernières semaines sont d'excellentes nouvelles en ce sens, mais il est possible de faire plus encore. »
Nicolas Zorn
Directeur général, Observatoire québécois des inégalités
Consulter l'analyse Inégaux face au coronavirus
Coronavirus
« La présente lutte contre la COVID-19 fait la démonstration de notre formidable capacité à nous mobiliser dans un élan national de protection de notre santé devant une épidémie. Cela nous donne espoir de relever avec autant de vigueur la lutte contre le virus des mauvais traitements envers nos enfants. »
Camil Bouchard
Auteur d'un Québec fou de ses enfants
Lire le billet
Coronavirus
« La métaphore du masque à oxygène qui tombe lorsque l’avion traverse des turbulences me vient à l’esprit : afin de pouvoir aider votre famille et vos enfants, vous devez d’abord vous assurer d’avoir pris le temps de mettre votre propre masque, sans quoi vous risquez de manquer d’air. »
Dre Christine Grou
Présidente de l'Ordre des psychologues du Québec
Lire le billet
Coronavirus
« Le bien-être et la sécurité des enfants et des jeunes ne doivent pas sortir de notre radar de vigilance sociale pendant cette pandémie. Demeurons bienveillants envers nos enfants tout en menant la bataille contre la COVID-19. »
Régine Laurent
Présidente de la Commission sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse
Lire le communiqué
Coronavirus
« Plusieurs parents ont perdu ou pourraient perdre leur emploi et se retrouver dans une situation précaire. La tension pourrait augmenter dans certains foyers. L’isolement et le fait pour certaines familles de vivre dans un petit espace 24 heures sur 24 peuvent aussi faire grossir les risques d’escalade. »
Philippe-André Tessier
Président de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse
Lire le communiqué
Coronavirus
« La résilience sociale, c’est la capacité d’une société d’absorber un choc [comme celui d'une pandémie] collectivement sans perdre ses repères, sans perdre ses valeurs et ses institutions. Les sociétés qui sont résilientes sont solidaires et sont créatives. »
Dre Pascale Brillon
Psychologue
Écouter l'entrevue
Coronavirus
« COVID 19 - Le gouvernement du Québec lance un appel à la solidarité. Tous les Québécois sont invités à venir prêter main-forte aux organismes communautaires de leur région en s’inscrivant au jebenevole.ca »
Jean Boulet
Ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale
S'inscrire
Maltraitance
« Pour trouver des solutions, il faut d’abord reconnaître collectivement qu’il y a un problème. Je crois sincèrement [...] que lorsqu’il s’agit de protéger nos enfants, le Sénat a lui aussi un rôle à jouer, un rôle que je nous invite tous à jouer. »
Chantal Petitclerc
Sénatrice
Déclaration sur le bien-être des jeunes au Canada le 20 février 2020
Maltraitance
« Le temps est venu, plus que jamais, de donner une véritable voix forte aux enfants parmi les plus vulnérables de notre société. Cette fois, selon moi, cela passe par la création d’une personne investie de cette responsabilité au plan national, un directeur national de protection de la jeunesse. »
Jean-Pierre Hotte, président d'Avenir d'enfants
Redonne une voix aux enfants vulnérables
Mémoire déposé devant la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse
Maltraitance
« Diminuer le stress familial en préconisant l'accès à des logements abordables, des mesures de soutien économique aux familles défavorisées, a assurément des effets préventifs contre la maltraitance. »
Fannie Dagenais
Directrice de l'Observatoire des tout-petits
Lire l'entrevue
Maltraitance
« [...] c'est un enjeu systémique. Parce que le filet de sécurité sociale que représente la protection de la jeunesse, c'est une chose. Mais dans toutes les situations qu'on a vues, incluant la petite fille de Granby, il y a l'école, les services sociaux de périnatalité, tout ce qui a été fait depuis le début, ou pas, ou mal fait. »
André Lebon
Vice-président, Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse
Lire l'entrevue
Maltraitance
« On a souvent tendance à penser que la maltraitance, c’est d’abord une responsabilité individuelle. […] De façon générale, on sait que les conditions de vie des parents ont une influence, et c’est pourquoi ce n’est pas que l’affaire des DPJ : on peut agir collectivement pour prévenir les situations de maltraitance. »
Fannie Dagenais
Directrice de l'Observatoire des tout-petits
Écoutez l'entrevue
Maltraitance
« Serions-nous prêts à renoncer, le temps de redresser nos services et programmes envers ces enfants, à nos priorités habituelles d’urgence en santé pour réclamer de meilleures urgences sociales ? »
Camil Bouchard
Professeur retraité de psychologie communautaire de l’UQAM et auteur d’Un Québec fou de ses enfants
Lire la lettre d'opinion
Maltraitance
« En 2018, au Québec, près de 35 000 enfants ont été pris en charge par la DPJ. Si une maladie physique atteignait une aussi grande proportion d’enfants, on injecterait des millions pour trouver des traitements efficaces, vous ne pensez pas ? »
Marie-Hélène Gagné
Professeure titulaire à l’école de psychologie de l’Université Laval
Lire l'article
Maltraitance
« Le développement de notre capital humain passe non seulement par le recours à l'immigration, sur lequel nos dirigeants d'entreprises ont beaucoup insisté ces dernières années, mais aussi sur la réalisation à long terme du plein potentiel de nos enfants. Et les résultats de ce rapport scientifique sur la maltraitance montrent que nous avons encore beaucoup de croûtes à manger dans ce dernier domaine. »
Pierre Fortin
Économiste et auteur
Lire l'entrevue
Maltraitance
« J’ai tellement souvent répété durant mes années d’intervention que le meilleur parent n’est pas celui qui réussit à répondre à tous les besoins de son enfant, mais bien celui qui, au besoin, est capable d’aller chercher de l’aide quand il se sent dépassé. »
Solène Bourque
Psychoéducatrice et auteure
Lire le billet
Maltraitance
« Le Québec en sait assez pour agir dès maintenant dans le but de prévenir la maltraitance des jeunes enfants. »
Marie-Hélène Gagné
Titulaire de la Chaire de partenariat en prévention de la maltraitance
Lire le billet
Maltraitance
« Mon souhait, c'est que les familles puissent disposer de services et d'une réponse à leurs besoins au moment où elles en expriment le besoin. Qu'elles sachent qu'elles peuvent compter sur les services qu'elles vont trouver. »
Marie Rhéaume
Directrice générale, Réseau pour un Québec Famille
Écouter la vidéo
Maltraitance
« On ne veut pas que cette campagne se limite à une première page dans les journaux. Demandons-nous plutôt de combien voulons-nous réduire ces chiffres dans dix ans, quel objectif national nous donnons-nous et quels sont les moyens pour y arriver. »
Camil Bouchard
Consultant, professeur-chercheur, UQAM
Écouter la vidéo
Maltraitance
« L’isolement social est plus frappant qu’avant. Les parents perdent pied quand il y a trop de pression. Trop de pauvreté. Trop de précarité. Il faut offrir du soutien à ceux qui en ont besoin plutôt que de les regarder et de les juger. »
Michelle Dionne
Directrice de la Protection de la Jeunesse, Montréal
Lire l’article
Maltraitance
« Nous interpellons les Québécois de tous les secteurs de la société à se mobiliser. Ensemble, agissons pour assurer le bien-être des tout-petits et permettre à chacun d’eux de rêver, de réaliser son plein potentiel et de dessiner le monde de demain. »
24 signataires du milieu des affaires, de la petite enfance, de l’éducation, de la santé ainsi que du monde communautaire et municipal
Lire la lettre ouverte
Maltraitance
« Rappelons-nous, nous appartenons à une collectivité : nous avons tous le devoir de mettre en place des structures pour que cette situation inacceptable cesse, maintenant. N’oublions pas, le village, c’est nous ! »
Julie Philippon
Auteure, blogueuse, conférencière
Lire le billet
Maltraitance
« Et c'est là que se trouve aussi notre responsabilité collective. Le plus souvent, nous vivons dans notre bulle sans voir la détresse qui sévit juste là, sous notre nez, chez le voisin. En ouvrant un peu plus les yeux à ce qui se passe autour de nous, qui sait si on ne préviendra pas d'autres drames. »
Patrick Duquette
Chroniqueur, Le Droit
Lire la chronique
Maltraitance
« Les parents ne demandent pas la lune. Ils sont prêts à faire de nombreux sacrifices pour donner toutes les chances à leur enfant de s'épanouir. Tout ce qu'ils souhaitent, c'est qu'il y ait une porte où cogner lorsque les choses ne se passent pas selon le scénario idéal. Et qu'il y ait quelqu'un de l'autre côté qui ouvre cette porte. »
Marie Rhéaume et Raymond Villeneuve
Directrice générale et Président, Réseau pour un Québec Famille
Lire la lettre ouverte

Un Québec à hauteur d'enfants

Trois brochures inspirantes pour tous les secteurs de la société

Les tout-petits
ont-ils accès à des
services éducatifs
de qualité
au Québec ?

Consulter le dossier

LA CONCILIATION
FAMILLE-TRAVAIL
N'EST PAS UN LUXE

Consulter le dossier