Observatoire des tout-petits

Menu
ENEnglish
21 mai 2020

International : les gouvernements agissent pour soutenir les familles vulnérables

Sous la loupe
Par Caroline Chrétien

Dans la lutte contre la COVID-19, les autorités souhaitent autant aplatir la courbe du virus que celle de ses conséquences. Isolement, insécurité financière et alimentaire, stress, anxiété… des facteurs de risque qui constituent autant une menace au développement des tout-petits qu’un terreau fertile à la maltraitance. De vastes plans d’aide ont été développés un peu partout sur la planète. Des plans qui évoluent à mesure que le monde se déconfine.  

La France organise sa protection de la jeunesse

C’était jour de déconfinement partiel, le 11 mai dernier, en France. Le pays en a profité pour publier sa Stratégie de déconfinement en protection de l’enfance, un guide qui énumère les engagements du gouvernement. En voici un extrait:
  
  • Les enfants sous la protection de la jeunesse devront être parmi les premiers à reprendre les cours en classe;  
  • Quand la garde est partagée ou lorsqu’un enfant est hébergé hors du domicile familial, les droits de visite et d’hébergement des parents devront reprendre progressivement; 
  • Les effets du confinement sur la santé mentale des enfants pris en charge par l’aide sociale à l’enfance devront être évalués, afin que des mesures soient mises en place en cas de troubles comportementaux ou familiaux;  
  • Une attention particulière doit être portée aux mineurs privés de soutien familial, que leur situation soit nouvelle ou non; 
  • Les services et soins qui avaient été suspendus en raison de la crise pour les enfants handicapés reprendront progressivement; 
  • Les enfants suivis par l’aide sociale à l’enfance doivent avoir un accès prioritaire aux installations de vacances dont l’ouverture sera autorisée par le gouvernement. Ce dernier souhaite planifier les périodes de répit et le relais des assistants sociaux, notamment par du parrainage de proximité.
Le gouvernement français s’est aussi engagé à assurer une bonne connexion Internet aux établissements d’aide sociale à l’enfance pour que les jeunes qui les fréquentent puissent suivre leurs cours en ligne.  Enfin, la Société française de néonatologie a recommandé, le 20 avril dernier, que les deux parents de bébés prématurés aient accès aux unités de soins, reconnaissant les bienfaits de cette présence sur la santé et le développement des nouveau-nés.

Le Royaume-Uni soucieux des enfants à besoins particuliers

Loin d’avoir annoncé l’assouplissement des mesures de distanciation, le Royaume-Uni a tout de même prévu des initiatives pour venir en aide aux familles. Bien que la majorité des écoles soient fermées, le gouvernement a par exemple permis aux enfants avec des besoins particuliers de continuer de s’y rendre ou d’accéder à d’autres installations quand l’école est inaccessible.   Les autorités ont aussi publié un guide plus général à l’intention des parents et des tuteurs. On y décrit les signes de détresse à surveiller selon le groupe d’âge:
 
  • 2 ans et moins : ils pourraient pleurer davantage ou avoir besoin de plus de câlins; 
  • De 3 à 6 ans : ils pourraient régresser par rapport à leur niveau de développement (recommencer à mouiller le lit, vivre de l’angoisse de séparation, etc.); 
  • De 7 à 10 ans : ils pourraient se sentir tristes, en colère ou effrayés. Certains pourraient vouloir parler constamment de la pandémie et d’autres, ne rien vouloir entendre à ce sujet. Les problèmes de concentration sont à guetter. 

Le guide donne plusieurs conseils :

  • Prendre soin, en tant que parent, de sa propre santé mentale. Les enfants perçoivent la détresse des adultes; 
  • Être à l’écoute. Les signes de détresse peuvent se manifester de différentes manières chez les tout-petits (maux de ventre, irritabilité, tristesse, etc.); 
  • Créer une routine et recourir à des repères visuels pour l’expliquer; 
  • Informer les enfants et répondre à leurs questions de façon honnête, mais sans les alarmer, en utilisant des sources fiables et en limitant leur exposition aux nouvelles; 
  • Si l’enfant est suivi par des professionnels en raison d’une condition (trouble du spectre de l’autisme, TDAH, troubles d’apprentissage, maladie mentale, problèmes de santé physique, etc.), ne pas hésiter à consulter ces professionnels pour demander du soutien; 
  • En cas d’inquiétude, consulter un médecin.

L’Irlande informe sur les enjeux juridiques

L’Irlande, qui a entrepris son déconfinement le 18 mai, reconnaît que les restrictions mises en place pour freiner le virus ont provoqué de la détresse chez plusieurs familles. Le gouvernement a donc produit un document de référence contenant de l’information pratique et légale spécifiquement pour la crise de la COVID-19. On peut y lire que:

    • la situation ne peut servir d’excuse au non-respect des ordonnances de la Cour. Toutefois, les parents doivent agir dans les meilleurs intérêts de l’enfant. En cas de séparation, ils devraient essayer de s’entendre à l’amiable, mais il est possible de recourir à la médiation. À compter du 18 mai, les requêtes et les audiences pour violation des droits de visite pendant la période d’urgence décrétée par le gouvernement seront traitées en priorité par les tribunaux; 
    • depuis le 12 mai et pour une période de trois mois, des mesures temporaires facilitent le placement d’un enfant chez une personne désignée en cas de maladie ou d’hospitalisation du parent. Les requêtes et audiences demandées en ce sens seront aussi traitées comme des questions urgentes par les tribunaux à partir du 18 mai; 
    • une marche à suivre existe pour le parent incapable de payer une pension alimentaire en raison de la crise. En cas de non-paiement, une aide financière supplémentaire pourrait être versée à l’autre parent; 
    • les tribunaux continuent de traiter en priorité tous les cas de violence domestique. Les restrictions de déplacement ne s’appliquent pas aux femmes et aux enfants qui cherchent à obtenir des services essentiels ou qui fuient un foyer violent.

Le Japon propose un généreux plan d’aide

Selon une récente analyse du professeur Ceyhun Elgin, de l’Université Columbia, aux États-Unis, le plan de relance du Japon constitue le plan le plus généreux au monde, en pourcentage du PIB (21 %). Ce plan prévoit, entre autres, des mesures d’aide susceptibles d’alléger le fardeau de certains groupes à risque. Le magazine Metropolis les résume ainsi :

  • Une aide financière de 100 000 yens (1314,5 dollars canadiens) pour tout citoyen ou résident étranger qui demeurait au Japon depuis au moins trois mois en date du 27 avril et qui en fait la demande, sans égard au revenu. Les femmes ayant fui un conjoint violent peuvent déposer une demande et recevoir l’aide à une autre adresse que celle qu’elles ont quittée. Elles pouvaient aussi déposer leur demande après la date limite du 30 avril; 
  • Le Japon oblige les entreprises qui forcent les travailleurs à demeurer à la maison à couvrir 60 % du salaire moyen de leurs employés. Tous les employés sont éligibles, peu importe leur nationalité; 
  • Les travailleurs autonomes qui doivent s’occuper de leur enfant en raison de la fermeture des écoles élémentaires et des services de garde peuvent recevoir une aide de 4 100 yens (54 dollars canadiens) par jour de travail manqué entre le 27 février et le 30 juin. La mesure s’applique aux parents et aux gardiens légaux d’enfants mineurs, d’enfants du secondaire vivant avec un handicap et d’enfants ayant contracté ou ayant pu contracter la COVID-19.

Contenu dans le même dossier

L'édito
	Même en pandémie, il n'y a pas de pause pour les enfants vulnérables
27 avril 2020

Même en pandémie, il n'y a pas de pause pour les enfants vulnérables

Voir le contenu
Pour sensibiliser
	Une invitation à veiller sur les tout-petits pendant et après la pandémie
30 avril 2020

Une invitation à veiller sur les tout-petits pendant et après la pandémie

Voir la vidéo
L'édito
	Vivre la pandémie sans assurance maladie
29 mai 2020

Vivre la pandémie sans assurance maladie

Voir le contenu
Face à face
	«Après la crise du virus, il y aura une crise de santé publique». Entretien avec Alain Poirier
20 mai 2020

«Après la crise du virus, il y aura une crise de santé publique». Entretien avec Alain Poirier

Voir le contenu
Sous la loupe
	International : les gouvernements agissent pour soutenir les familles vulnérables
21 mai 2020

International : les gouvernements agissent pour soutenir les familles vulnérables

Voir le contenu
Sous la loupe
	COVID-19 : la situation difficile des familles sans assurance-santé
20 mai 2020

COVID-19 : la situation difficile des familles sans assurance-santé

Voir le contenu
Carte blanche
	Carte blanche de Manon Poirier : Retour au travail - faire de la santé mentale une priorité
8 mai 2020

Carte blanche de Manon Poirier : Retour au travail - faire de la santé mentale une priorité

Voir le contenu
Agir
	Les créateurs de solutions : Des organismes redoublent d'ingéniosité pour soutenir les familles malgré le confinement
22 mai 2020

Les créateurs de solutions : Des organismes redoublent d'ingéniosité pour soutenir les familles malgré le confinement

Voir le contenu
Sous la loupe
	Après les «enfants du verglas», les «enfants de la COVID-19»?
15 mai 2020

Après les «enfants du verglas», les «enfants de la COVID-19»?

Voir le contenu
Le point
	Réflexions de l’Observatoire sur la réouverture des écoles et des services de garde éducatifs
1 mai 2020

Réflexions de l’Observatoire sur la réouverture des écoles et des services de garde éducatifs

Voir le contenu
Carte blanche
	Carte blanche de Marie-France Raynault : De la beauté peut-elle émerger du chaos?
28 avril 2020

Carte blanche de Marie-France Raynault : De la beauté peut-elle émerger du chaos?

Voir le contenu
Le point
	Plan de réouverture des services éducatifs à la petite enfance et des écoles primaires
28 avril 2020

Plan de réouverture des services éducatifs à la petite enfance et des écoles primaires

Voir le contenu
Entendu
	Réouverture des services de garde: des experts se prononcent
28 avril 2020

Réouverture des services de garde: des experts se prononcent

Voir le contenu
Sous la loupe
	Les impacts du virus sur la santé des enfants
29 avril 2020

Les impacts du virus sur la santé des enfants

Voir le contenu
Le point
	COVID-19 : effets de la crise sur les familles et le développement des tout-petits 
29 avril 2020

COVID-19 : effets de la crise sur les familles et le développement des tout-petits 

Voir le contenu
Sous la loupe
	Maltraitance chez les tout-petits : il est possible d'agir sur les facteurs de risque accentués par la crise actuelle
25 mars 2020

Maltraitance chez les tout-petits : il est possible d'agir sur les facteurs de risque accentués par la crise actuelle

Voir le contenu
Le point
	Coronavirus : Les tout-petits plus à risque de maltraitance. Entretien avec Sonia Hélie
21 avril 2020

Coronavirus : Les tout-petits plus à risque de maltraitance. Entretien avec Sonia Hélie

Voir le contenu
Sous la loupe
	COVID-19 : diminuer le stress parental et favoriser la conciliation famille-travail
2 avril 2020

COVID-19 : diminuer le stress parental et favoriser la conciliation famille-travail

Voir le contenu
Sous la loupe
	La conciliation travail-famille en temps de pandémie: comment les entreprises peuvent-elles s’ajuster?
6 mai 2020

La conciliation travail-famille en temps de pandémie: comment les entreprises peuvent-elles s’ajuster?

Voir le contenu
Sous la loupe
	COVID-19 et pauvreté : le Québec se mobilise pour protéger les familles vulnérables
8 avril 2020

COVID-19 et pauvreté : le Québec se mobilise pour protéger les familles vulnérables

Voir le contenu
Sous la loupe
	COVID-19 : prendre soin de la santé mentale des parents
15 avril 2020

COVID-19 : prendre soin de la santé mentale des parents

Voir le contenu
Sous la loupe
	COVID-19 : lutter contre l’effritement du soutien social des familles
27 avril 2020

COVID-19 : lutter contre l’effritement du soutien social des familles

Voir le contenu
Sous la loupe
	COVID-19 : bien loger les familles vulnérables
14 avril 2020

COVID-19 : bien loger les familles vulnérables

Voir le contenu
Sous la loupe
	COVID-19 : s’assurer que les familles mangent à leur faim
16 avril 2020

COVID-19 : s’assurer que les familles mangent à leur faim

Voir le contenu
Agir
	Les acteurs en petite enfance se mobilisent pendant la crise
27 avril 2020

Les acteurs en petite enfance se mobilisent pendant la crise

Voir le contenu
Entendu
	COVID-19: des personnalités publique prennent la parole
29 avril 2020

COVID-19: des personnalités publique prennent la parole

Voir le contenu
Fermer

Ce contenu
vous a-t-il
été utile?

Répondre au sondage