Observatoire des tout-petits

Menu
ENEnglish
28 avril 2020

Plan de réouverture des services éducatifs à la petite enfance et des écoles primaires

Le point
Par Amélie Cournoyer

Le gouvernement Legault a annoncé la réouverture graduelle des services éducatifs à la petite enfance et des écoles primaires du Québec dès le 11 mai prochain, tout en spécifiant que la présence des enfants ne sera pas obligatoire et que leur déconfinement s’amorcera seulement si la situation dans les hôpitaux demeure stable d’ici là.

Le gouvernement du Québec a présenté son plan de déconfinement pour les services éducatifs à la petite enfance (CPE, garderies subventionnées ou non, services de garde en milieu familial subventionnés ou non) et les écoles primaires, à partir du 11 mai dans les régions du Québec et du 1er juin pour les services éducatifs à la petite enfance de la grande région de Montréal. [mise à jour du 14 mai 2020]. Les écoles du territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal seront fermées jusqu'à la fin du mois d'août 2020 [mise à jour du 14 mai 2020]. Le déconfinement des jeunes s’effectuera de façon prudente, progressive et sur une base volontaire « si, et seulement si, la situation le permet », a-t-il mentionné.

On a eu suffisamment de signaux des pédiatres, qui nous parlent de la diminution des déclarations à la DPJ, des problèmes que certaines personnes commencent à avoir au niveau de la violence et de la santé mentale. Ce sont des éléments qui nous font pencher pour une ouverture plus rapide. Mais on ne mettra pas la santé des individus en péril, il faut le rappeler
-  Horacio Arruda, directeur national de santé publique

Le gouvernement nomme 5 raisons d'entamer le déconfinement des tout-petits:

  • Le mieux-être et le suivi des enfants : il veut éviter l’absence prolongée des enfants dans les écoles, surtout ceux qui ont des difficultés d’adaptation et d’apprentissage.
  • Le risque limité pour les enfants : les risques de complications graves sont minimes pour les enfants et les personnes de moins de 60 ans en bonne santé qui sont atteints de la COVID-19.
  • La situation stable dans le réseau de la santé : le déconfinement graduel permettra de garder la situation sous contrôle dans les hôpitaux, comme en ce moment.
  • L’assentiment de la Direction de la santé publique : les experts affirment que c’est possible de retourner les enfants à l’école et dans les services éducatifs à la petite enfance si la situation reste sous contrôle dans les hôpitaux.
  • « La vie doit continuer » : puisque les experts ne prévoient pas de vaccin contre la COVID-19 avant de 12 à 18 mois, il est bon pour les enfants de retourner à l’école pour mener la vie la plus normale qui soit dans un tel contexte.

Lors de son annonce, le premier ministre a tenu à préciser que cette décision n’était pas basée sur la notion d’immunité collective, puisque celle-ci n’est pas prouvée scientifiquement.

L’Association des pédiatres du Québec nous a recommandé de faire ce retour en classe pour nos jeunes du primaire et du préscolaire pour des questions de santé mentale, de sécurité physique, psychologique et alimentaire, et évidemment aussi pour poursuivre les apprentissages, particulièrement pour les élèves plus vulnérables ou qui ont des difficultés d’apprentissage 
- Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur

Il a recommandé aux enfants qui ont une condition médicale particulière de rester à la maison. Même consigne pour les enfants qui ont un parent âgé de plus de 60 ans, une femme enceinte à la maison ou un parent avec un problème de santé ou un déficit immunitaire. Toute personne qui présente des symptômes de la COVID-19 devra également rester à la maison pour une période 14 jours.

Quelques consignes du gouvernement pour les services éducatifs à la petite enfance 

  • Les éducateurs et éducatrices seront encouragés à porter de l’équipement de protection (masque, visière, gants);
  • Des mesures d’hygiène supplémentaires seront mises en place pour les enfants et le personnel;
  • Pour la première phase de réouverture, le taux d’occupation global de l’installation ne devra pas excéder 30 %;
  • Le ratio des groupes d’enfants sera réduit de moitié;
  • Les parents qui garderont leur enfant à la maison conserveront leur place jusqu’au 1er septembre et n’auront pas à payer les frais de garde jusqu'à ce que le taux d'occupation soit de 100% dans l'ensemble du réseau, soit autour du 22 juin selon le Ministère de la Famille. La tarification habituelle s’appliquera dès le retour de l’enfant;
  • Les services éducatifs d’urgence seront offerts aux employés du milieu scolaire dès le 4 mai pour leur permettre de préparer le retour des enfants à l’école;
  • Les enfants qui fréquentent les services éducatifs d’urgence devront retourner dans leurs services éducatifs habituels dès leur réouverture.
  • Mise à jour le 6 mai : Le ministre de la Famille invite les parents à faire garder leurs enfants à la maison par un «proche» ou par un «étudiant». 

Quelques consignes du gouvernement pour les écoles primaires et maternelles

  • Le nombre d’élèves par local sera limité à 15;
  • Une distance de 2 mètres devra être respectée entre chaque personne;
  • Des mesures d’hygiène supplémentaires seront mises en place pour les élèves et le personnel scolaire;
  • Le port d’un équipement de protection (masque, gants) pour le personnel scolaire et les élèves ne sera pas obligatoire;
  • Il est demandé aux parents de confirmer la présence de leur enfant à l’école une semaine avant sa réouverture;
  • Il est fortement recommandé aux élèves qui ont des difficultés scolaires et qui sont en bonne santé de retourner en classe;
  • Les enfants qui restent à la maison devront poursuivre leur scolarisation à distance, accompagnés d’un parent. Ils recevront un encadrement pédagogique bonifié, en plus des services déjà offerts qui seront maintenus (ecoleouverte.ca, trousses pédagogiques hebdomadaires, appels téléphoniques aux élèves, partenariat avec Télé-Québec);
  • Sur invitation de l’école, les parents pourront aller récupérer du matériel pédagogique et se faire prêter des outils technologiques (tablette, ordinateur). Plus de 15 000 tablettes liées à un réseau cellulaire seront prêtées à des familles qui ne possèdent pas d’outils technologiques ou de connexion Internet;
  • Dans les autobus scolaires, on recommandera un seul élève par banc. Les chauffeurs seront protégés par une barrière physique, comme un plexiglas;
  • Les cours d’école pourraient être subdivisées pour séparer les groupes et des horaires de récréation pourraient être créés pour éviter que tous les élèves sortent en même temps.

Des avis divergents

Plusieurs experts se sont exprimés au cours des derniers jours pour ou contre le déconfinement des enfants. Ceux qui sont pour le retour en classe expliquent que le plan de déconfinement graduel doit s’entamer avec les enfants, qui est le groupe de la population le moins à risque de développer des complications graves dues à la COVID-19. L’Association des pédiatres du Québec ajoute que le retour progressif à la vraie vie pour nos enfants « n’est pas seulement souhaitable, mais nécessaire », évoquant entre autres l’augmentation des risques de violence dans certaines familles et le développement de problèmes de santé mentale chez les jeunes.

De l’autre côté, l’Organisation mondiale de la santé craint qu’un déconfinement hâtif de l’ensemble de la population cause une «résurgence mortelle de la pandémie». Puis, les infectiologues rappellent que le déconfinement ne peut pas être mené au nom de l’immunité collective, puisqu’il n’a pas encore été démontré que celle-ci est atteignable sans vaccin avec ce type de coronavirus.

Avec à ce jour quelque 10 000 travailleurs de la santé absents et des hôpitaux déjà durement touchés par des cas de COVID-19 , la situation demeure à surveiller. L’objectif des mesures de confinement étant d’« aplatir la courbe » pour éviter une surcharge du réseau de la santé, le gouvernement assure qu'il ajustera les consignes de réouverture en fonction de l'évolution de la situation dans les hôpitaux du Québec. 

Survol de la réouverture des écoles à l’international


Certains pays ont déjà entamé la réouverture de leurs services éducatifs à la petite enfance et établissements scolaires ou envisagent de le faire.

• Danemark : Réouverture graduelle des services éducatifs à la petite enfance, de même que des écoles du primaire depuis le 15 avril, avec environ la moitié des jeunes. La distance de deux mètres doit être respectée à l’intérieur et à l’extérieur de l’école. Il est demandé aux enfants de se laver les mains toutes les heures environ.

• Norvège : Réouverture des services éducatifs à la petite enfance depuis le 20 avril et des écoles primaires depuis le 27 avril. Les enfants à risque ou qui habitent avec une personne à risque peuvent poursuivre leurs cours à distance.

• Allemagne : Les cours reprendront progressivement à partir du 4 mai, avec une priorité aux élèves qui doivent passer des examens et à ceux de la dernière année du primaire. Les services éducatifs à la petite enfance restent fermés jusqu’à l’automne.

• France : Réouverture progressive dès le 11 mai, en commençant avec les services éducatifs à la petite enfance, les écoles primaires et préscolaires ainsi que les classes de moins de 15 élèves en milieu rural.

• Suisse : Réouverture des services éducatifs à la petite enfance le 27 avril et retour en classe partiel dès le 11 mai, en commençant avec les plus jeunes élèves. Chaque étape du plan de déconfinement sera entamée seulement s’il n’y a pas d’augmentation significative des cas de COVID-19.

• Japon : Retour en classe progressif entamé le 19 mars dans le nord de l’archipel, à Hokkaido. Une recrudescence des cas a forcé une seconde fermeture de ses écoles le 12 avril, suivie par l’ensemble du territoire japonais le 16 avril. Quelques écoles offrent de la formation à distance, surtout dans le secteur privé.

• Singapour : Une deuxième vague de contamination a obligé l’État à fermer partiellement ses écoles le 8 avril, et ce, pour la première fois depuis le début de la pandémie. Des cours par vidéoconférence sont donnés une journée par semaine aux élèves du primaire. La présence physique des élèves à l’école est uniquement autorisée pour les enfants dont les parents travaillent et qui n’ont pas de solution de rechange.

• Corée du Sud : Les cours ont repris au début du mois d’avril, mais en ligne. Les services de garde demeurent fermés. Le retour physique en classe reste incertain. Le ministère de l’Éducation a instauré un service de prêts d’outils technologiques pour les élèves qui ont mentionné ne pas posséder l’équipement nécessaire pour suivre leurs cours à distance.

En savoir plus

Contenu dans le même dossier

L'édito
	Même en pandémie, il n'y a pas de pause pour les enfants vulnérables
27 avril 2020

Même en pandémie, il n'y a pas de pause pour les enfants vulnérables

Voir le contenu
Pour sensibiliser
	Une invitation à veiller sur les tout-petits pendant et après la pandémie
30 avril 2020

Une invitation à veiller sur les tout-petits pendant et après la pandémie

Voir la vidéo
Face à face
	«Après la crise du virus, il y aura une crise de santé publique». Entretien avec Alain Poirier
20 mai 2020

«Après la crise du virus, il y aura une crise de santé publique». Entretien avec Alain Poirier

Voir le contenu
Sous la loupe
	International : les gouvernements agissent pour soutenir les familles vulnérables
21 mai 2020

International : les gouvernements agissent pour soutenir les familles vulnérables

Voir le contenu
Sous la loupe
	COVID-19 : la situation difficile des familles sans assurance-santé
20 mai 2020

COVID-19 : la situation difficile des familles sans assurance-santé

Voir le contenu
Carte blanche
	Carte blanche de Manon Poirier : Retour au travail - faire de la santé mentale une priorité
8 mai 2020

Carte blanche de Manon Poirier : Retour au travail - faire de la santé mentale une priorité

Voir le contenu
Agir
	Les créateurs de solutions
22 mai 2020

Les créateurs de solutions

Voir le contenu
Sous la loupe
	Après les «enfants du verglas», les «enfants de la COVID-19»?
15 mai 2020

Après les «enfants du verglas», les «enfants de la COVID-19»?

Voir le contenu
Le point
	Réflexions de l’Observatoire sur la réouverture des écoles et des services de garde éducatifs
1 mai 2020

Réflexions de l’Observatoire sur la réouverture des écoles et des services de garde éducatifs

Voir le contenu
Carte blanche
	Carte blanche de Marie-France Raynault : De la beauté peut-elle émerger du chaos?
28 avril 2020

Carte blanche de Marie-France Raynault : De la beauté peut-elle émerger du chaos?

Voir le contenu
Le point
	Plan de réouverture des services éducatifs à la petite enfance et des écoles primaires
28 avril 2020

Plan de réouverture des services éducatifs à la petite enfance et des écoles primaires

Voir le contenu
Entendu
	Réouverture des services de garde: des experts se prononcent
28 avril 2020

Réouverture des services de garde: des experts se prononcent

Voir le contenu
Sous la loupe
	Les impacts du virus sur la santé des enfants
29 avril 2020

Les impacts du virus sur la santé des enfants

Voir le contenu
Le point
	COVID-19 : effets de la crise sur les familles et le développement des tout-petits 
29 avril 2020

COVID-19 : effets de la crise sur les familles et le développement des tout-petits 

Voir le contenu
Sous la loupe
	Maltraitance chez les tout-petits : il est possible d'agir sur les facteurs de risque accentués par la crise actuelle
25 mars 2020

Maltraitance chez les tout-petits : il est possible d'agir sur les facteurs de risque accentués par la crise actuelle

Voir le contenu
Le point
	Coronavirus : Les tout-petits plus à risque de maltraitance. Entretien avec Sonia Hélie
21 avril 2020

Coronavirus : Les tout-petits plus à risque de maltraitance. Entretien avec Sonia Hélie

Voir le contenu
Sous la loupe
	COVID-19 : diminuer le stress parental et favoriser la conciliation famille-travail
2 avril 2020

COVID-19 : diminuer le stress parental et favoriser la conciliation famille-travail

Voir le contenu
Sous la loupe
	La conciliation travail-famille en temps de pandémie: comment les entreprises peuvent-elles s’ajuster?
6 mai 2020

La conciliation travail-famille en temps de pandémie: comment les entreprises peuvent-elles s’ajuster?

Voir le contenu
Sous la loupe
	COVID-19 et pauvreté : le Québec se mobilise pour protéger les familles vulnérables
8 avril 2020

COVID-19 et pauvreté : le Québec se mobilise pour protéger les familles vulnérables

Voir le contenu
Sous la loupe
	COVID-19 : prendre soin de la santé mentale des parents
15 avril 2020

COVID-19 : prendre soin de la santé mentale des parents

Voir le contenu
Sous la loupe
	COVID-19 : lutter contre l’effritement du soutien social des familles
27 avril 2020

COVID-19 : lutter contre l’effritement du soutien social des familles

Voir le contenu
Sous la loupe
	COVID-19 : bien loger les familles vulnérables
14 avril 2020

COVID-19 : bien loger les familles vulnérables

Voir le contenu
Sous la loupe
	COVID-19 : s’assurer que les familles mangent à leur faim
16 avril 2020

COVID-19 : s’assurer que les familles mangent à leur faim

Voir le contenu
Agir
	Les acteurs en petite enfance se mobilisent pendant la crise
27 avril 2020

Les acteurs en petite enfance se mobilisent pendant la crise

Voir le contenu
Entendu
	COVID-19: des personnalités publique prennent la parole
29 avril 2020

COVID-19: des personnalités publique prennent la parole

Voir le contenu
Fermer

Ce dossier sera mis
à jour en continu

Inscrivez-vous à notre infolettre pour ne rien manquer
Je m'abonne!