Observatoire des tout-petits

Actualités
3 novembre 2022

Les interventions visant le développement socioaffectif des tout-petits : les grands constats du rapport de l’INSPQ

Partager :
	Les interventions visant le développement socioaffectif des tout-petits : les grands constats du rapport de l’INSPQ

Des interventions efficaces favorisant le bon développement socioaffectif des enfants de 0-6 ans ont un effet bénéfique majeur sur la santé de la population en général. C’est ce que rapporte une récente synthèse de l’INSPQ qui documente les caractéristiques et l’efficacité d’interventions de prévention et de promotion sur le développement socioaffectif des tout-petits.

En effet, des interventions efficaces améliorent les habiletés socioaffectives pour toute la vie de la personne, tant dans son enfance qu’une fois adulte. Un sain développement socioaffectif dans la petite enfance est aussi directement lié à la réussite scolaire ainsi qu’à une meilleure santé physique et mentale dans l’enfance et tout au long de la vie. De plus, il mène à de meilleures capacités à maintenir de saines relations sociales à long terme, ainsi qu’à une réduction des écarts de santé entre les personnes socioéconomiquement défavorisées et celles plus favorisées.

« Cet aspect du développement de l’enfant est étroitement lié à sa santé mentale. Il en jette les bases, et revêt par conséquent une importance capitale pour la santé et le bien-être de l’individu à long terme. » Extrait de la synthèse de l’INSPQ

En 2017, l’Enquête québécoise sur le développement des enfants à la maternelle (EQDEM) concluait que la situation sur le développement socioaffectif des tout-petits du Québec était jugée préoccupante. Cette étude a démontré d’importantes inégalités sur le plan du développement socioaffectif des enfants de 0-6 ans, celles-ci variant notamment selon les conditions socioéconomiques des familles.

En juin dernier, l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a publié une synthèse des connaissances au sujet des interventions portant sur le développement socioaffectif des enfants de 0 à 6 ans. Cette récente synthèse visait à analyser les différentes interventions au Canada dans les quinze dernières années. Les interventions étudiées dans le cadre de cette synthèse ont été regroupées en trois grandes catégories. Voici les grands constats pour chacune d’entre elles.

1. L’efficacité des interventions ciblant l'enfant

Il a été démontré que certaines interventions ont effectivement un effet bénéfique sur l’autorégulation des enfants, particulièrement les programmes Tools of the Mind et Suzuki Early Childhood Education Classes. Ces outils aident les tout-petits dans le contrôle de leurs réactions, tant comportementales qu’émotives et cognitives. Cet effet positif, observé de manière générale, est encore plus substantiel pour les enfants qui rencontrent des difficultés d’ordre socioaffectif telles que des enjeux d’attention ou d’hyperactivité. De son côté, l’outil Brindami (Minipally Program) a un impact positif sur la réduction du stress, bien que ce facteur n’est pas considéré comme étant directement associé au développement socioaffectif.  

2. L’efficacité des interventions ciblant les parents ou les pratiques parentales

Les interventions étudiées qui visaient les compétences parentales ciblaient plus spécifiquement les familles qui présentent des vulnérabilités, par exemple celles vivant des enjeux de pauvreté ou de dépendances. Par exemple, l’efficacité des programmes ATTACH et Family First Home Visiting a été analysée. Ces études n’ont pas démontré que les interventions auprès des parents ont un impact sur le développement socioaffectif des enfants. Or, un effet bénéfique a cependant été observé sur l’amélioration de la relation entre les parents et les enfants, diminuant notamment les risques de maltraitance.

3. L’efficacité des interventions ciblant les politiques publiques

Les interventions ciblant les politiques publiques visaient presque toutes les services de garde éducatifs à l’enfance. Le facteur de la fréquentation d’un service de garde éducatif à l’enfance est celui qui a été retenu comme ayant un effet mesurable sur les dimensions socioaffectives du développement de l’enfant. Bien que la fréquentation d’un service de garde soit bénéfique en général sur certains éléments du développement socioaffectif (tels que la timidité), elle serait aussi associée à des éléments plus négatifs, tels que les comportements d’agression et d’opposition.

L’efficacité des interventions variait aussi en fonction des particularités familiales. Par exemple, un effet positif a été observé dans la diminution des comportements d’agression pour les enfants qui présentent certains facteurs de vulnérabilité. De plus, l’efficacité des interventions était variable en fonction de la qualité du service de garde : ceux de moindre qualité semblaient associés à des difficultés de développement socioaffectif alors que ceux de grande qualité semblaient avoir un effet bénéfique sur ce volet du développement des tout-petits.

Pistes de solution

Ces constats sur l’efficacité des interventions mènent à l’élaboration de pistes de solution et recommandations afin de favoriser et de soutenir le développement socioaffectif des enfants. Notamment :

  • Les interventions doivent être concertées et transversales afin de viser à la fois les enfants, les familles et les politiques publiques. De telles interventions simultanées sont complémentaires et ainsi plus efficaces.

  • Elles doivent viser l’ensemble des enfants, peu importe leurs particularités ou leurs contextes de vie. Bien qu’une attention particulière doive être accordée aux enfants présentant des facteurs de vulnérabilité, il est important que les interventions visent l’ensemble de la population des 0-6 ans. En effet, tous peuvent en bénéficier même si l’impact peut varier selon le contexte.

  • Il est important de mettre l’accent sur la nécessité d’offrir des services de garde éducatifs à l’enfance de qualité. Il s’agit en effet d’un élément essentiel afin de favoriser le bon développement socioaffectif des enfants qui fréquentent de tels services, puisque les milieux de moindre qualité pourraient exacerber les problèmes.

Une autre synthèse de l’INSPQ s’est penchée sur les facteurs associés au développement socioaffectif des tout-petits. Celle-ci vise à décrire les principaux éléments qui composent le développement socioaffectif des 0-5 ans. Elle documente également les facteurs de risque et les facteurs protecteurs qui y sont associés.

 

Par Sophie Audette-Chapdelaine

 

Pour aller plus loin

Consulter la Synthèse 2022 de l’INSPQ : Le développement socioaffectif de l’enfant de 0 à 6 ans : caractéristiques et efficacité d’interventions mises en place au Canada

Parcourir l’outil de transfert de connaissances pertinent à l'observation de la trajectoire socioaffective qui accompagne la synthèse.

Lire sur l’importance d’agir tôt pour favoriser le développement socioaffectif des tout-petits

Lire notre Portrait 2021 qui fait le point sur la santé, le développement et le bien-être des tout-petits au Québec

Lire notre rapport sur l’importance de la stabilité, de la qualité et de la continuité des milieux de vie dans lesquels grandissent les tout-petits