Observatoire des tout-petits

	L’Observatoire des tout-petits rappelle l’importance d’assurer la qualité des services et de favoriser l’accès pour les tout-petits les plus vulnérables
17 juin 2021

L’Observatoire des tout-petits rappelle l’importance d’assurer la qualité des services et de favoriser l’accès pour les tout-petits les plus vulnérables

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Montréal, le 17 juin 2021 – Alors que se déroule présentement la consultation sur les services de garde éducatifs à l’enfance menée par le ministre de la Famille Mathieu Lacombe, l’Observatoire des tout-petits a mis de l’avant ce matin lors de son audience que l’accès à des services de garde est certes essentiel pour les tout-petits au Québec, mais qu’il est également important de se préoccuper de la qualité de ces milieux. De plus, l’Observatoire juge essentiel d’améliorer l’accès à ces services chez les tout-petits les plus vulnérables.

« Les premières années de vie d’un enfant représentent une période charnière et des services éducatifs de qualité agissent de manière positive sur toutes les sphères de son développement. Les services de garde éducatifs et les programmes préscolaires peuvent donc avoir des effets bénéfiques pour la santé et le développement global des enfants, mais pour cela, ils doivent répondre à certains critères de qualité reconnus », souligne Fannie Dagenais.

La qualité des interactions entre le personnel éducateur et l’enfant, la qualité des lieux, un programme éducatif qui favorise le développement global de l’enfant et la collaboration avec les parents sont des éléments à surveiller lorsqu’on parle de la qualité d’un service éducatif à la petite enfance.

Qu’en est-il de la qualité des services éducatifs à la petite enfance au Québec ?

Les données dont nous disposons indiquent que la qualité des services éducatifs offerts aux tout-petits est de qualité très variable. Considérant qu’au Québec un tout-petit qui fréquente un service de garde éducatif y passe en moyenne 8 heures par jour, il importe de s’assurer que l’ensemble des enfants aient accès à un service éducatif à l’enfance de qualité. D’ailleurs, l’OCDE recommande un investissement de 1 % du PIB pour assurer des services de qualité en éducation à la petite enfance. Au Québec, cela représenterait un investissement de 3,76 milliards de dollars.

Comment améliorer la qualité des services de garde éducatifs à l’enfance?

La littérature scientifique a démontré que certaines conditions peuvent être mises en place par les établissements pour offrir des services de meilleure qualité :

  • La structure du service éducatif : notamment le ratio enfants-adultes, la taille du groupe, l’aménagement de l’espace et le matériel, et la présence d’un programme éducatif peuvent être des gages de qualité.
  • La formation du personnel : le fait d’avoir des éducatrices avec un niveau élevé de formation initiale et une formation spécialisée en petite enfance est associé à une meilleure qualité d’intervention, tout comme la formation continue et l’accompagnement.
  • Les conditions de travail du personnel éducatif : les études démontrent que la qualité d’un établissement est plus élevée si les éducatrices perçoivent leur travail comme stimulant et rempli de défis, si elles disposent de temps pour planifier leurs activités pédagogiques et si les gestionnaires ont une vision claire des critères de qualité.

S’assurer que les enfants les plus vulnérables aient accès à des services de garde éducatifs de qualité

Selon plusieurs études, les enfants vulnérables sont ceux qui pourraient bénéficier le plus des services éducatifs à l’enfance. Or, les enfants qui, au Québec, sont exposés aux conditions de vie plus difficiles sont ceux qui font face au plus grand nombre de barrières d’accès aux services de garde éducatifs. Ce sont aussi ceux qui ont tendance à se retrouver dans les milieux de moindre qualité. C’est le cas pour les tout-petits de milieux défavorisés, immigrants, ceux issus des communautés autochtones, les enfants à besoins particuliers ou les minorités linguistiques comme les enfants des communautés anglophones. Ce sont les familles les mieux nanties et les plus éduquées qui bénéficient le plus des services éducatifs à l’enfance subventionnés. Les barrières qui empêchent les familles vulnérables de bénéficier des services sont nombreuses : absence de places dans les quartiers défavorisés, services non abordables, horaires non adaptés au travail des parents (horaire de travail atypique) ou encore des environnements inappropriés pour des enfants ayant des déficiences ou des handicaps.

D’autres secteurs à soutenir et à mobiliser pour mieux répondre aux besoins des familles

Des études rapportent que le fait de soutenir le travail et l’offre de services complémentaires des organismes communautaires qui offrent des activités de haltes-garderies (centres de femmes, organismes en immigration), des organismes communautaires Famille et des centres d’amitié autochtones est une mesure efficace pour aider les parents de tout-petits qui ont plus difficilement accès aux services éducatifs à l’enfance, notamment les nouveaux arrivants.

De plus, l’Observatoire insiste sur le rôle que peuvent jouer les municipalités, qui disposent de leviers pour agir tant sur la qualité que sur l’accès aux services de garde éducatifs au sein de leur communauté. Plusieurs municipalités du Québec auraient d’ailleurs réalisé de très belles initiatives en ce sens.

« La fréquentation d’un service éducatif de qualité pendant la petite enfance favorise l’égalité des chances et pourrait même réduire l’écart dans les résultats scolaires entre les enfants issus de milieux défavorisés et ceux provenant de la classe moyenne. Chaque enfant devrait avoir accès à des services de garde éducatifs de qualité, tant pour stimuler le développement des enfants que pour assurer l’égalité des chances », ajoute Fannie Dagenais.

Pour plus d’informations, consultez les références suivantes :

À propos de l'Observatoire des tout-petits (tout-petits.org)

L’Observatoire des tout-petits, un projet de la Fondation Lucie et André Chagnon, a pour mission de communiquer l’état des connaissances afin d’éclairer la prise de décision en matière de petite enfance au Québec, afin que chaque tout-petit ait accès aux conditions qui assurent le développement de son plein potentiel, peu importe le milieu où il naît et grandit.


– 30 –

Source : Observatoire des tout-petits

Renseignements :

Béatrice Gougeon
Morin Relations Publiques
beatrice@morinrp.com
514 688-3936

Marie-Rose Desautels
Morin Relations Publiques
marie-rose@morinrp.com
819 580-9235

Pour une demande d’entrevue ou d’information, les médias peuvent communiquer avec :

Béatrice Gougeon
Morin Relations Publiques
Beatrice@morinrp.com
514 688-3936

Fermer

Inscrivez-vous

à notre infolettre pour
ne rien manquer
Je m'abonne!