Observatoire des tout-petits

Actualités
20 septembre 2022

Pourquoi le dépistage de la surdité chez les nouveau-nés est-il si important?

Partager :
	Pourquoi le dépistage de la surdité chez les nouveau-nés est-il si important?

L’Ordre des orthophonistes et audiologistes du Québec (OOAQ) et l’Association du Québec pour enfants avec problèmes auditifs (AQEPA) ont récemment uni leurs voix pour publier une lettre ouverte afin de sensibiliser les élus et la population au fait que près de la moitié des tout-petits du Québec n’ont pas accès au Programme québécois de dépistage de la surdité chez les nouveau-nés (PQDSN). En effet, selon les données les plus récentes du ministère de la Santé et des Services sociaux, près de la moitié des bébés ne sont pas dépistés à la naissance.

Pourtant, le programme annoncé en 2009 dans le cadre de la politique de périnatalité avait été accueilli favorablement par le milieu de la santé et les familles. L’Assemblée nationale avait aussi adopté une motion unanime en faveur du déploiement complet du programme d’ici la fin de l’année 2021.

Un dépistage simple à mettre en place

Selon Paul-André Gallant, président de l’Ordre des orthophonistes et audiologistes, « c’est d’autant plus incompréhensible que le test ne prend que cinq minutes, qu’il est fait par une infirmière ou une infirmière auxiliaire et que l’appareil pour le faire est très peu coûteux ».

Pour les tout-petits ayant des besoins particuliers, une intervention rapide est essentielle. Le déploiement du Programme québécois de dépistage de la surdité chez les nouveau-nés (PQDSN) peut contribuer à prévenir certains retards de langage, ainsi que d’autres retards au niveau social.

« Le contact de l’enfant avec son environnement sonore est pourtant primordial. Il lui permet d’acquérir la parole et le langage, mais aussi de développer ses habiletés sociales et d’assurer son plein développement cognitif et socioaffectif. L’enfant qui présente une surdité, qu’elle soit légère ou sévère, est ainsi privé d’une source d’apprentissage importante qui va au-delà des aspects de la communication orale, et qui peut entrainer des conséquences importantes sur son parcours scolaire, sa vie sociale, son épanouissement personnel, son avenir. » - Claire Moussel, directrice générale de l’AQEPA

 

Quelques données importantes :

  • Parmi les provinces canadiennes, le Québec se classe loin derrière avec 53 % de bébés dépistés à la naissance. En comparaison, ce pourcentage s’élève à 97 % en Colombie-Britannique et à 94 % en Ontario;
  • Des iniquités régionales existent au Québec pour le dépistage précoce de la surdité chez les nouveau-nés. Seuls 20 établissements offrent le programme. Il existe pourtant 86 installations où des accouchements ont lieu au Québec. Certaines régions comme la Côte-Nord, le Nord-du-Québec, le Saguenay et l’Outaouais, entre autres, ne sont pas desservies;
  • La déficience auditive est le deuxième trouble le plus fréquent avec le trouble visuel chez les enfants de moins de 5 ans;
  • Chaque année, de 4 à 6 bébés sur 1000 naissent avec une perte auditive;
  • Plus de 90 % des enfants qui naissent avec une surdité sont nés de parents entendants, qui ne soupçonnent donc pas la présence d’un trouble.

Suite à la parution de la lettre ouverte, le ministère a indiqué que 8000 nouveau-nés supplémentaires auraient accès au dépistage de la surdité à la naissance au cours de la prochaine année et que les travaux d’implantation allaient se poursuivre dans toutes les régions du Québec afin de rendre le PQDSN universel d’ici la fin de l’année 2023.

 

Par Élise Tardif-Turcotte

 

Pour aller plus loin

Lire le communiqué conjoint de L’Ordre des orthophonistes et audiologistes du Québec (OOAQ) et de l’Association du Québec pour enfants avec problèmes auditifs (AQEPA)

Consultez le chapitre « Le dépistage des difficultés de développement » tiré de notre Portrait sur les politiques publiques