Observatoire des tout-petits

Menu
26 juin 2020

Ce qu’il faut retenir du rapport Votre histoire de la commission Laurent

Sous la loupe
Par Maude Goyer

Après sept mois d’audience, la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse (CSDEPJ) présidée par Régine Laurent a déposé une synthèse de ses travaux. Elle résume, entre autres, les 1 600 appels et messages reçus via les moyens de communication mis à la disposition par la Commission.

La Commission a ainsi rendu public deux rapports : la synthèse des 42 forums régionaux qui résume les propos tenus par les citoyens et les professionnels lors des assemblées publiques partout au Québec, et Votre histoire qui résume les témoignages reçus de citoyens et de professionnels ayant eu affaire avec la DPJ ou qui souhaitaient livrer leur opinion.

Mandatée par le gouvernement le 30 mai 2019 à la suite du décès tragique d’une fillette de 7 ans de Granby, la Commission spéciale doit remettre son rapport final et ses recommandations au gouvernement du Québec au plus tard le 30 novembre 2020.

Votre histoire, synthèse des témoignages

Le rapport intitulé Votre histoire récapitule les témoignages reçus de citoyens et de professionnels ayant eu affaire avec la DPJ ou qui souhaitaient livrer leur opinion.

À noter que 81% des communications (entrées via ligne téléphonique, boîte courriel et formulaire en ligne) sont venues de citoyens et parmi celles-ci, la moitié venaient de parents dont les enfants étaient ou avaient été suivis par les services de protection de la jeunesse. Le rapport présente les éléments les plus récurrents tirés des histoires, des expériences et des points de vue livrés. Voici les principales problématiques soulevées par les citoyens et les professionnels.

La qualité des services et le fonctionnement de la DPJ

  • La neutralité et l’impartialité des directions de la protection de la jeunesse sont remises en question;
  • Les grands-parents ne se sentent pas assez considérés;
  • Les familles où il y a des situations de violence conjugale ou des conflits sévères liés à la séparation reçoivent parfois une intervention teintée de mauvaise interprétation de la part de la DPJ.
En savoir plus à la page 11

La qualité de la relation d’aide

  • Les relations entre parents et intervenants sont houleuses, il y a un manque d’écoute et de considération;
  • Les parents se questionnent quant aux compétences et à l’impartialité des intervenants.
En savoir plus à la page 14

L’accessibilité des services

  • Les services d’aide et d’accompagnement (par exemple, des services psychologiques ou de coaching parental) sont difficiles à obtenir;
  • Il y a parfois bris de service lors d’un signalement à la DPJ (de la part d’un service d’aide, au CLSC, par exemple).
En savoir plus à la page 15

L’aspect juridique

  • Les citoyens rapportent se sentir injustement traités durant le processus judiciaire entourant la protection de la jeunesse;
  • Les délais et les reports sont fréquents dans ce qui est appelé la «surjudiciarisation» des dossiers;
  • Il y a un manque d’informations quant aux droits des citoyens et au processus judiciaire.
En savoir plus à la page 15

Les familles d’accueil et l’adoption

  • Il existe une grande lourdeur administrative pour les familles d’accueil tout comme pour celles qui veulent adopter;
  • Qu’elles soient familles d’accueil ou d’adoption, elles se sentent peu écoutées, peu accompagnées et peu suivies;
  • Les relations avec la famille biologique sont complexes; d’un autre côté, les membres de la famille proche (tantes, oncles, etc.) avancent que le processus pour être reconnu comme famille d’accueil de proximité est trop long.
En savoir plus à la page 17

Les placements

  • Plusieurs enfants connaissent un parcours instable, entre familles d’accueil, famille biologique et centres de réadaptation;
  • Il y a peu ou pas du tout de consultations auprès des jeunes;
  • Les parents ont des préoccupations quant aux coûts liés au placement de leurs enfants.
En savoir plus à la page 19

La confidentialité

  • Les familles d’accueil et les grands-parents déplorent un manque d’informations quant au vécu des enfants qu’ils accueillent. Cela rend plus difficile de répondre aux besoins de l’enfant et nuit à la collaboration entre les services. À l’inverse, dans certaines régions où la communauté est plus petite, la confidentialité semble bafouée.
En savoir plus à la page 20
La perception des services sociaux et judiciaires (des citoyens qui ont témoigné de leur histoire) est teintée par leur désarroi face au système.  Certains citoyens ont confié qu’il y avait « abus de pouvoir, un manque de neutralité et d’impartialité, que les intervenants n’étaient pas imputables de leurs actes, qu’il y avait une absence de contre-pouvoir et que le système de plaintes ne donnait rien.
- Régine Laurent lors de l’audience du 29 mai

Cinq recommandations préliminaires

Avant le dépôt de ces deux rapports, le 18 décembre dernier, Régine Laurent émettait des recommandations, toutes liées à la prévention et au soutien des familles vulnérables. La présidente jugeait alors qu’il était important de tout de suite les énoncer, parce que « le temps presse » pour les enfants vulnérables, avait-elle laissé entendre.

Voici les cinq principales:

  • Déclaration de grossesse obligatoire de la part des femmes du Québec afin que des services de soutien se mettent en branle systématiquement;
  • Bonification et déploiement, partout au Québec, du programme de Services intégrés de périnatalité et pour la petite enfance qui permet d’agir rapidement et efficacement dans la grossesse lorsque la femme enceinte ou la mère n’a pas terminé ses études secondaires et vit sous le seuil de faible revenu;
  • Financement bonifié des 260 organismes communautaires liés au développement des enfants;
  • Mise en place de stratégies pour rejoindre les familles vulnérables afin qu’elles utilisent les 5 % de places en CPE qui leur sont réservées;
  • Déploiement dans toutes les régions du Québec du Programme Qualification des jeunes (PQJ) qui offre du soutien supplémentaire aux adolescents, trop souvent laissés à eux-mêmes à partir de 18 ans

Contenu dans le même dossier

Sous la loupe
	Commission Laurent : pour la mise en place d'un Directeur national de la protection de la jeunesse
1 décembre 2020

Commission Laurent : pour la mise en place d'un Directeur national de la protection de la jeunesse

Voir le contenu
Le point
	Bilan 2020 des DPJ : des données toujours préoccupantes
29 septembre 2020

Bilan 2020 des DPJ : des données toujours préoccupantes

Voir le contenu
Sous la loupe
	Ce qu’il faut retenir du rapport Votre histoire de la commission Laurent
26 juin 2020

Ce qu’il faut retenir du rapport Votre histoire de la commission Laurent

Voir le contenu
Sous la loupe
	Ce qu’il faut retenir du rapport sur les 42 forums régionaux de la commission Laurent
23 juin 2020

Ce qu’il faut retenir du rapport sur les 42 forums régionaux de la commission Laurent

Voir le contenu
L'édito
	Prévenir plutôt que guérir
26 mai 2020

Prévenir plutôt que guérir

Voir le contenu
Le point
	De nombreuses familles québécoises exposées aux facteurs de risque de la maltraitance
26 mai 2020

De nombreuses familles québécoises exposées aux facteurs de risque de la maltraitance

Voir le contenu
Pour sensibiliser
	Violence et maltraitance : Les tout-petits du Québec sont-ils à l'abri?
26 mai 2020

Violence et maltraitance : Les tout-petits du Québec sont-ils à l'abri?

Voir la vidéo
Sous la loupe
	La commission Laurent décortiquée
26 mai 2020

La commission Laurent décortiquée

Voir la vidéo
Carte blanche
	Combattre sans merci le virus de la maltraitance envers les enfants
26 mai 2020

Combattre sans merci le virus de la maltraitance envers les enfants

Voir le contenu
Sous la loupe
	Comment prévenir la maltraitance?
26 mai 2020

Comment prévenir la maltraitance?

Voir la vidéo
Le point
	Pour remettre la maltraitance au cœur de la santé publique : entretien avec trois expertes
26 mai 2020

Pour remettre la maltraitance au cœur de la santé publique : entretien avec trois expertes

Voir le contenu
Entendu
	La prévention : au cœur des constats de la commission Laurent
26 mai 2020

La prévention : au cœur des constats de la commission Laurent

Voir la vidéo
Entendu
	L'importance de la prévention pour assurer des services de protection de qualité
26 mai 2020

L'importance de la prévention pour assurer des services de protection de qualité

Voir la vidéo
Sous la loupe
	Maltraitance : des conséquences persistantes
26 mai 2020

Maltraitance : des conséquences persistantes

Voir la vidéo
Entendu
	Commission Laurent : 5 témoignages à réécouter
26 mai 2020

Commission Laurent : 5 témoignages à réécouter

Voir le contenu
Agir
	Des initiatives inspirantes pour soutenir les familles au bon moment
26 mai 2020

Des initiatives inspirantes pour soutenir les familles au bon moment

Voir le contenu
Sous la loupe
	5 faits sur la maltraitance
26 mai 2020

5 faits sur la maltraitance

Voir le contenu
Crédits et références
	Merci à nos précieux collaborateurs!
26 mai 2020

Merci à nos précieux collaborateurs!

Voir le contenu
Le point
	Covid-19 : Les facteurs de risques de maltraitance accentués par la crise
8 mai 2020

Covid-19 : Les facteurs de risques de maltraitance accentués par la crise

Voir le contenu
Le point
	Coronavirus : Les tout-petits plus à risque de maltraitance. Entretien avec Sonia Hélie
8 mai 2020

Coronavirus : Les tout-petits plus à risque de maltraitance. Entretien avec Sonia Hélie

Voir le contenu
Fermer

Ce dossier sera mis
à jour en continu

Inscrivez-vous à notre infolettre pour ne rien manquer
Je m'abonne!