Observatoire des tout-petits

Menu
26 mai 2020

Combattre sans merci le virus de la maltraitance envers les enfants

Carte blanche
Par Camil Bouchard

Camil Bouchard est chercheur en psychologie communautaire et a mené des recherches en épidémiologie de la maltraitance envers les enfants. Il a rédigé et signé un rapport qui influencera de nombreuses politiques familiales et sociales au Québec: «Un Québec fou de ses enfants». Il dresse ici un bilan de la situation de la maltraitance infantile au Québec et propose des mesures pour la prévenir.

La rubrique Carte blanche offre une tribune à un chroniqueur invité, expert de l'enjeu dont traite notre dossier.

En 1991, le rapport Un Québec fou de ses enfants fixait un objectif de réduction des mauvais traitements envers les enfants de l’ordre de 50 %. Les données dont nous disposions alors étaient pour le moins bancales, mais suffisamment alarmantes pour justifier une telle proposition. Nous avons considérablement amélioré les suivis depuis et, invariablement, les taux de signalements n’ont cessé d’augmenter annuellement. Nous assistons à un accroissement intolérable de 73 % de cas retenus dans les 20 dernières années seulement. L’an dernier, nous avons franchi le seuil annuel des 105 000 signalements traités pour les 0 à 17 ans. Si bien que les DPJ sont littéralement assiégées et trop souvent incapables de répondre convenablement aux besoins des enfants qui leur sont confiés. Les témoignages répétés à la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse parlent d’eux-mêmes. Que faire alors?

D’abord, le Québec doit se doter d’une politique nationale de lutte contre la maltraitance envers les enfants. Cette politique devrait fixer un objectif annuel de réduction des taux de maltraitance selon un échéancier public et garantir les ressources de prévention nécessaires pour atteindre cet objectif. Un tel engagement nous obligerait à rehausser considérablement les services de proximité et de prévention auprès des familles les plus vulnérables. C’est là que nous pouvons faire une vraie différence.

Pour y arriver, cette politique doit désigner une personne capable de rassembler toutes les ressources présentes dans les communautés mobilisées autour de cet objectif de réduction des taux de maltraitance. Cette personne, c'est le directeur régional de la santé publique. Et pour cela, nul besoin de créer une nouvelle structure. La Loi sur la santé publique prévoit déjà, à l’article 55, que le directeur régional de santé publique dispose de tous les pouvoirs nécessaires pour « demander formellement aux autorités dont l’intervention lui paraît utile de participer avec lui à la recherche d’une solution […] Les autorités ainsi invitées sont tenues de participer à cette recherche de solution ». Ce type de leadership exercé par les directeurs régionaux de santé publique, capables de définir clairement le rôle de chaque intervenant dans l’atteinte d’un objectif commun, me paraît absolument indispensable.

Il faut rehausser considérablement les services de proximité et de prévention auprès des familles les plus vulnérables. C’est là que nous pouvons faire une vraie différence.

La population doit aussi se mobiliser autour de cette mission de bienveillance envers les enfants. Elle doit être informée de l’état de la situation, alertée ou rassurée lorsque nécessaire, et engagée dans une lutte affirmée contre les mauvais traitements et la négligence envers ses enfants. Les médias doivent aussi faire état de cet enjeu de communication sociétale avec constance et rigueur tant à l’échelle nationale que régionale.

Deux autres éléments me semblent incontournables. D’abord, il faut assurer la qualité de la formation de tous les intervenants sanitaires, sociaux et communautaires à partir de programmes fondés sur des données probantes témoignant de leurs retombées dans la poursuite des objectifs de la politique tant à l’échelle locale que nationale. Ensuite, les disparités régionales dans les taux de signalements doivent mener à plus d’équité dans le financement des efforts de mobilisation dans les régions les plus durement touchées par la maltraitance envers leurs enfants.

Le coronavirus qui nous hante fait la démonstration de notre capacité à nous mobiliser dans un effort national de protection de la santé. La maltraitance envers les enfants n’est pas autre chose qu’une épidémie sociale dont nous prenons enfin la pleine mesure. C’est avec la même vigueur et le même élan qu’il nous faut enfin contrer ce virus de la maltraitance envers les enfants.

Photo : Ulysse Lemerise 

Contenu dans le même dossier

Sous la loupe
	Commission Laurent : pour la mise en place d'un Directeur national de la protection de la jeunesse
1 décembre 2020

Commission Laurent : pour la mise en place d'un Directeur national de la protection de la jeunesse

Voir le contenu
Le point
	Bilan 2020 des DPJ : des données toujours préoccupantes
29 septembre 2020

Bilan 2020 des DPJ : des données toujours préoccupantes

Voir le contenu
Sous la loupe
	Ce qu’il faut retenir du rapport Votre histoire de la commission Laurent
26 juin 2020

Ce qu’il faut retenir du rapport Votre histoire de la commission Laurent

Voir le contenu
Sous la loupe
	Ce qu’il faut retenir du rapport sur les 42 forums régionaux de la commission Laurent
23 juin 2020

Ce qu’il faut retenir du rapport sur les 42 forums régionaux de la commission Laurent

Voir le contenu
L'édito
	Prévenir plutôt que guérir
26 mai 2020

Prévenir plutôt que guérir

Voir le contenu
Le point
	De nombreuses familles québécoises exposées aux facteurs de risque de la maltraitance
26 mai 2020

De nombreuses familles québécoises exposées aux facteurs de risque de la maltraitance

Voir le contenu
Pour sensibiliser
	Violence et maltraitance : Les tout-petits du Québec sont-ils à l'abri?
26 mai 2020

Violence et maltraitance : Les tout-petits du Québec sont-ils à l'abri?

Voir la vidéo
Sous la loupe
	La commission Laurent décortiquée
26 mai 2020

La commission Laurent décortiquée

Voir la vidéo
Carte blanche
	Combattre sans merci le virus de la maltraitance envers les enfants
26 mai 2020

Combattre sans merci le virus de la maltraitance envers les enfants

Voir le contenu
Sous la loupe
	Comment prévenir la maltraitance?
26 mai 2020

Comment prévenir la maltraitance?

Voir la vidéo
Le point
	Pour remettre la maltraitance au cœur de la santé publique : entretien avec trois expertes
26 mai 2020

Pour remettre la maltraitance au cœur de la santé publique : entretien avec trois expertes

Voir le contenu
Entendu
	La prévention : au cœur des constats de la commission Laurent
26 mai 2020

La prévention : au cœur des constats de la commission Laurent

Voir la vidéo
Entendu
	L'importance de la prévention pour assurer des services de protection de qualité
26 mai 2020

L'importance de la prévention pour assurer des services de protection de qualité

Voir la vidéo
Sous la loupe
	Maltraitance : des conséquences persistantes
26 mai 2020

Maltraitance : des conséquences persistantes

Voir la vidéo
Entendu
	Commission Laurent : 5 témoignages à réécouter
26 mai 2020

Commission Laurent : 5 témoignages à réécouter

Voir le contenu
Agir
	Des initiatives inspirantes pour soutenir les familles au bon moment
26 mai 2020

Des initiatives inspirantes pour soutenir les familles au bon moment

Voir le contenu
Sous la loupe
	5 faits sur la maltraitance
26 mai 2020

5 faits sur la maltraitance

Voir le contenu
Crédits et références
	Merci à nos précieux collaborateurs!
26 mai 2020

Merci à nos précieux collaborateurs!

Voir le contenu
Le point
	Covid-19 : Les facteurs de risques de maltraitance accentués par la crise
8 mai 2020

Covid-19 : Les facteurs de risques de maltraitance accentués par la crise

Voir le contenu
Le point
	Coronavirus : Les tout-petits plus à risque de maltraitance. Entretien avec Sonia Hélie
8 mai 2020

Coronavirus : Les tout-petits plus à risque de maltraitance. Entretien avec Sonia Hélie

Voir le contenu
Fermer

Ce dossier sera mis
à jour en continu

Inscrivez-vous à notre infolettre pour ne rien manquer
Je m'abonne!