Observatoire des tout-petits

Données d’enquête
? Les données d’enquête sont des renseignements recueillis auprès d’un groupe de personnes qui présentent des caractéristiques spécifiques, comme les parents d’enfants de 0 à 5 ans ou les enfants fréquentant la maternelle.

Proportion des mères/pères d’enfants âgés de 5 ans ou moins qui se situent à un niveau faible de soutien social

Mis à jour le 25 février 2016

Définition de l’indicateur

Nombre de mères/pères d’enfants âgés de 0 à 5 ans qui se situent à un niveau faible de soutien social parmi l’ensemble des mères/pères d’enfants âgés de 0 à 5 ans.

Notes importantes sur la définition

Enfants âgés de 5 ans ou moins : Il s'agit des enfants de 0 à 5 ans en 2004 et de 6 mois à 5 ans en 2012 et en 2018.

Soutien social : sur le plan de l’aide tangible et matérielle telle que perçue par les mères ou les pères.

Ces indicateurs sont obtenus à partir de l’indice de soutien social qui mesure l’aide tangible et matérielle telle que perçue par les parents.

Indice de soutien social perçu par les parents

Il est construit à partir de la somme des scores obtenus aux cinq questions tirées de la version française de l’Échelle de provisions sociales (Cutrona, 1984), plus particulièrement la sous-échelle « Aide tangible et matérielle ». Les questions sont les suivantes :
1) Si quelque chose allait mal, personne ne m’aiderait.
2) J’ai quelqu’un en qui j’ai confiance et vers qui je pourrais me tourner pour avoir des conseils si j’avais des problèmes.
3) Je n’ai personne avec qui je me sens à l’aise pour parler de mes problèmes.
4) Je ne me sens proche d’aucune personne.
5) Il y a des gens sur qui je peux compter en cas d’urgence.

On considère qu’une mère se situe à un niveau faible de soutien social sur le plan de l’aide tangible et matérielle si elle obtient un score total égal ou supérieur à 8, la valeur du 80e percentile de la distribution des scores totaux obtenus à partir de l’échantillon des mères pour l’ensemble des enfants visés par l’enquête en 2004. Étant donné que le seuil de 8 n’est pas un seuil clinique validé en tant que tel, il a été décidé de le garder même si le présent indicateur porte seulement sur les mères d’enfants âgés de 0 à 5 ans.

On considère qu’un père se situe à un niveau faible de soutien social sur le plan de l’aide tangible et matérielle s’il obtient un score total égal ou supérieur à 8, la valeur du quintile supérieur de la distribution des scores totaux obtenus à partir de l’échantillon des mères en 2004. La décision d’appliquer aux pères le seuil retenu pour les mères a été prise afin de permettre des comparaisons entre les pères et les mères en ce qui concerne leur niveau de soutien social.

Cutrona, C. E. (1984). Social support and stress in the transition to parenthood, Journal of Abnormal Psychology, 93(4), 378-390.

Données provinciales

 
 

Source des données

Institut de la statistique du Québec, La violence familiale dans la vie des enfants du Québec, 2004, 2012 et 2018.

Faits saillants provinciaux

La proportion de parents d’enfants de 5 ans ou moins qui se situent à un niveau faible de soutien social est en diminution, et ce, tant chez les mères que chez les pères. En effet, 23 % des mères avaient un niveau faible de soutien social en 2004. Cette proportion est tombée à 16 % en 2012 puis à 10 % en 2018.
La proportion de pères ayant un niveau faible de soutien social est passée de 37 % en 2004 à 20 % en 2012, pour se situer à 13 % en 2018.
En 2004, les mères d’enfants de 5 ans ou moins étaient proportionnellement moins nombreuses que les pères à se situer à un niveau faible de soutien social (23 % c. 37 %), mais une telle différence n’a pas été observée en 2012 et en 2018.

Auteur des faits saillants provinciaux

Institut de la statistique du Québec

Notes importantes

Étant donné qu’un niveau de soutien social faible est défini à partir de la distribution des scores (quintile supérieur) plutôt qu’à partir d’un seuil fixé à l’avance tel un seuil clinique validé, les proportions présentées ici ne doivent pas être utilisées comme des estimations de la prévalence d’un faible niveau de soutien social chez les mères ou chez les pères au Québec.

Par ailleurs, ces proportions peuvent servir à la comparaison entre les mères et les pères ou encore entre deux éditions de l’enquête.

Quels sont les effets pour les tout-petits?

Le soutien social est reconnu comme étant un déterminant important de la santé physique et psychologique.

Le manque de soutien social, surtout au moment de la naissance d’un enfant ou pendant la période préscolaire, représente un facteur de risque pour le développement et le bien-être de l’enfant et de ses parents. Il serait associé à un sentiment d’efficacité maternelle plus faible ainsi qu’à de la détresse psychologique à la suite de la naissance de l’enfant et à la dépression post-partum. La dépression post-partum, ainsi que les symptômes de détresse psychologique, ont le potentiel d’engendrer des effets négatifs sur le développement des enfants, notamment sur les dimensions cognitive et socioaffective. La détresse psychologique de la mère, lorsqu’elle est accompagnée de faibles habiletés parentales, est aussi associée à la présence de problèmes de comportement intériorisés et extériorisés chez les  enfants. À l’opposé, les mères qui bénéficient de soutien social seraient moins à risque de souffrir de détresse psychologique et de dépression pendant les semaines qui suivent la naissance de l’enfant. Le soutien social perçu comme élevé par les parents de jeunes enfants serait aussi associé à de meilleures habiletés parentales, ainsi qu’à de meilleures interactions parent-enfant. Ainsi, le soutien social serait un facteur de protection contre le développement des problèmes de comportement chez les enfants, les effets de la détresse psychologique du parent et la présence de faibles habiletés parentales.

Recension

Centre de liaison sur l’intervention et la prévention psychosociales (CLIPP)

Rédaction

Centre de liaison sur l’intervention et la prévention psychosociales (CLIPP) et Observatoire des tout-petits

Références

Hamelin-Brabant, L., de Montigny, F., Roch, G., Deshaies, M.-H., Mbourou-Azizah, G., Borgès Da Silva, R., ... Fournier, C. (2015). Vulnérabilité périnatale et soutien social en période postnatale : Une revue de la littérature, Santé Publique, 1(27), 27-37.

Heberle, A.E., Krill, S.C., Briggs-Gowan, M.J. et Carter, A.S. (2015) Predicting externalizing and internalizing behavior in kindergarten: Examining the buffering role of early social support. Journal of Clinical Child & Adolescent Psychology, 44(4), 640-654.

Leahy-Warren, P., McCarthy, G. et Corcoran, P. (2011). First-time mothers: social support, maternal parental self-efficacy and postnatal depression. Journal of Clinical Nursing, 21, 388–397.

Fermer

Section Données

Vous souhaitez contribuer à l'amélioration de la section Données de notre site? Répondez à ce sondage éclair.
Répondre