Observatoire des tout-petits

Données d’enquête
? Les données d’enquête sont des renseignements recueillis auprès d’un groupe de personnes qui présentent des caractéristiques spécifiques, comme les parents d’enfants de 0 à 5 ans ou les enfants fréquentant la maternelle.

Répartition des familles avec au moins un enfant de 0-5 ans selon la taille du logement

Mis à jour le 4 mars 2016

Définition de l’indicateur

Un logement est de taille convenable s’il compte suffisamment de chambres pour répondre aux besoins du ménage étant donné sa taille et sa composition, d’après les prescriptions de la Norme nationale d’occupation (NNO).

Notes importantes sur la définition

La Norme Nationale d’occupation (NNO) établit le nombre de chambres à coucher dont un ménage a besoin comme suit :
• Un maximum de deux personnes par chambre à coucher
• Les membres du ménage, peu importe leur âge, qui vivent en tant que couple marié ou en union libre partagent une chambre à coucher avec leur époux ou partenaire en union libre.
• Les parents seuls, peu importe leur âge, ont une chambre à coucher distincte.
• Les membres du ménage âgés de 18 ans ou plus ont une chambre à coucher distincte, à l’exception de ceux qui vivent en tant que couple marié ou en union libre.
• Les membres du ménage âgés de moins de 18 ans de même sexe partagent une chambre à coucher, à l’exception des parents seuls et de ceux qui vivent en tant que couple marié ou en union libre.
• Les membres du ménage âgés de moins de 5 ans de sexe opposé partagent une chambre à coucher si cette situation diminue le nombre de chambres à coucher requises. Cette situation se produit uniquement dans les ménages qui comportent un nombre impair de personnes de moins de 18 ans de sexe masculin, un nombre impair de personnes de moins de 18 ans de sexe féminin, et où au moins une personne de sexe féminin et une personne de sexe masculin ont moins de 5 ans.

Données provinciales

 

Source des données

Statistique Canada, Recensements, 2001, 2006 et 2016, adapté par l'Institut de la statistique du Québec.

Faits saillants provinciaux

La proportion des familles avec enfants de 0 à 5 ans qui habitent dans un logement de taille insuffisante diminue entre 2001 et 2016 dans l’ensemble du Québec,  passant de 12,9 % en 2001 à 12,0% en 2016. 

Auteur des faits saillants provinciaux

Institut de la statistique du Québec

Notes importantes

Les données ne sont pas disponibles pour les réserves et les établissements indiens partiellement dénombrés et ne sont pas comprises dans les totalisations.

Données régionales

 

Source des données

Statistique Canada, Recensements, 2001, 2006 et 2016, adapté par l'Institut de la statistique du Québec.

Faits saillants régionaux

La proportion des familles avec enfants de 0 à 5 ans qui habitent dans un logement de taille insuffisante a diminué dans toutes les régions entre 2001 et 2016 sauf le Nord-du-Québec et Laval, où des hausses sont constatées, respectivement de 30,6 % en 2001 à 35,2 % en 2016, et de 9,6 % en 2001 à 13,3 % en 2016. La diminution la plus importante survient dans la région de la Côte-Nord, de 6,8 % en 2001 à 3,5 % en 2016.

Auteur des faits saillants régionaux

Institut de la statistique du Québec

Quels sont les effets pour les tout-petits?

Il existerait un lien entre les caractéristiques du logement, le bien-être et le développement des enfants.

En effet, plus la densité d’occupation du logement est élevée, plus les enfants, ainsi que l’ensemble des membres de la famille, seraient à risque de développer des maladies respiratoires et gastroentériques infectieuses en plus des difficultés associées au stress, à la santé mentale, au sommeil, ainsi qu’à l’insécurité alimentaire. De plus, le coût élevé des loyers, qui représente une lourde charge financière pour les parents (c.-à-d., qui requiert une dépense de plus de 30 % du revenu familial), nuit à l’accessibilité au logement et serait associé à des conditions socio-économiques et de santé précaires. Cette situation constituerait une source importante d’anxiété pour les familles. Malgré certains résultats contradictoires entre les études, les enfants d’âge préscolaire vivant dans ces conditions (c.-à-d. densité d’occupation du logement élevée et coût inabordable du loyer) seraient plus à risque de développer des retards de développement sur le plan cognitif, langagier et socioaffectif au cours de leur vie.  

Recension

Centre de liaison sur l’intervention et la prévention psychosociales (CLIPP)

Rédaction

Centre de liaison sur l’intervention et la prévention psychosociales (CLIPP) et Observatoire des tout-petits

Références

Aratani, Y., Chau, M. M., Wight, V., et Addy, S. D. (2011). Rent burden, housing subsidies and the well-being of children and youth. Repéré à http://academiccommons.columbia.edu/catalog/ac:146767

Becker Cutts, D., Meyers, A.F., Black, M.M., Casey, P.H., Chilton, M., Cook, J.T., ... Frank, D.A. (2011). US Housing Insecurity and the Health of Very Young Children. American Journal of Public Health, 101(8), 1508-1514.

Coley, R. L., Leventhal, T., Lynch, A. D., et Kull, M. (2013). Relations between housing characteristics and the well-being of low-income children and adolescents. Developmental psychology, 49(9), 1775.

Evans, G. W., Ricciuti, H. N., Hope, S., Schoon, I., Bradley, R. H., Corwyn, R. F. et Hazan, C. (2010). Crowding and Cognitive Development: The Mediating Role of Maternal Responsiveness among 36-Month-Old Children. Environment and Behavior, 42(1), 135–148.

Leventhal, T et Newman, S. (2010). Housing and child development. Children and Youth Services Review, 32(9), 1165–1174.

Fermer

Section Données

Vous souhaitez contribuer à l'amélioration de la section Données de notre site? Répondez à ce sondage éclair.
Répondre