Observatoire des tout-petits

MenuAfficher le menu
ENEnglish
	COVID-19 : l’impact du confinement sur les familles d’expression anglaise du Québec
1 juillet 2020

COVID-19 : l’impact du confinement sur les familles d’expression anglaise du Québec

Les mesures de confinement en lien avec la crise du coronavirus ont fortement affecté les parents d’expression anglaise vivant au Québec, mais elles ont également entraîné des changements positifs dans la coparentalité pour plusieurs. Ces constats découlent d’un sondage dévoilé lors de la Semaine québécoise de la paternité, qui s’est tenue du 15 au 21 juin dernier.

Selon le sondage sur la coparentalité, près du quart des parents québécois ont éprouvé de la détresse psychologique pendant le confinement. Or, comparé aux répondants d’expression française, ceux d’expression anglaise ont ressenti davantage de :

fatigue (44 % contre 38 %) ;
stress ou anxiété (57 % contre 43 %) ;
doute à savoir s’ils agissaient correctement avec leurs enfants (65 % contre 34 %).

« Les communautés d’expression anglaise sont dispersées aux quatre coins du Québec et vivent des problématiques d’isolement et d’inclusion particulières qui peuvent accroître les inégalités sociales en matière de santé », a commenté Russell Kueber, gestionnaire de programmes au Community Health and Social Services Network (CHSSN), pour expliquer ces écarts.

Des changements positifs dans la coparentalité

Malgré les défis posés par les mesures de confinement, 65 % des familles d’expression anglaise (contre 50 % chez les répondants d’expression française) ont rapporté que la situation a eu un impact important sur leur façon d’exercer leur coparentalité. Des changements positifs ont notamment été remarqués concernant :

• le temps passé avec les enfants (67 %) ;
• la qualité de leur relation avec eux (48 %) ;
• la compréhension de leurs besoins (47 %) ;
• la perception de leur propre rôle de parent (39 %) ;
• le partage des tâches liées aux enfants (36 %) ;
• la communication entre parents (36 %) ;
• la capacité de faire preuve d’empathie envers l’autre parent (34 %) ;
• la perception du rôle de l’autre parent (30 %).

À propos du sondage

Le sondage a été mené par la firme SOM, entre le 22 mai et le 2 juin 2020, auprès de 2 115 parents québécois. Il a été réalisé à la demande du Regroupement pour la Valorisation de la Paternité, en partenariat avec l’Observatoire des tout-petits, Naître et grandir et l’Institut national de santé publique du Québec. Une analyse des résultats des 439 répondants d’expression anglaise a été effectuée pour le Community Health and Social Services Network.


Pour en savoir plus

Sur les résultats complets du sondage (en français)

Sur la Semaine québécoise de la paternité

Sur le Community Health and Social Services Network

Sur le Regroupement pour la Valorisation de la Paternité

Fermer

Inscrivez-vous

à notre infolettre pour
ne rien manquer
Je m'abonne!