Observatoire des tout-petits

Afficher le menu
ENEnglish
	Résultats de l’EQPPEM : la fréquentation des services de garde éducatifs et son effet sur le développement
2 mars 2019

Résultats de l’EQPPEM : la fréquentation des services de garde éducatifs et son effet sur le développement

Le 28 février dernier, l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) a diffusé les résultats de l’Enquête québécoise sur le parcours préscolaire des enfants de la maternelle (EQPPEM) réalisée en 2017 auprès de 11 500 enfants de la maternelle. L’enquête décrit, entre autres, la fréquentation des services de garde éducatifs par les tout-petits québécois.

En 2017, parmi les enfants qui fréquentent la maternelle :

  • 92 % ont été gardés sur une base régulière à un moment ou à un autre avant leur entrée à maternelle ;
  • 40 % avaient moins d’un an lorsqu’ils ont commencé à se faire garder et 29 % avaient entre 12 et 17 mois ;
  • 22 % étaient gardés exclusivement en CPE, près de 14 % en milieu familial subventionné, 7 % en garderie subventionnée, 7 % en garderie non subventionnée et 11 % en service de garde non régi (garde à domicile ou milieu familial non régi) ;
  • la moitié des enfants gardés ont passé, en moyenne, entre 35 et 45 heures par semaine en service de garde.
  • 38,1 % des enfants gardés ont fréquenté deux milieux de garde avant leur entrée à la maternelle et 22,2 % en ont fréquenté trois ou plus.

Des effets sur le développement des tout-petits ?

Les études réalisées depuis plusieurs années au Québec, mais aussi ailleurs dans le monde, concluent que les services de garde éducatifs peuvent contribuer positivement au développement des enfants, en particulier pour les tout-petits provenant de milieux défavorisés. Cet effet positif est observable seulement à condition que les services de garde éducatifs soient de qualité. Pourtant, l’Enquête québécoise sur le parcours préscolaire des enfants de la maternelle publiée aujourd’hui par l’ISQ révèle que les enfants québécois qui ont fréquenté un service de garde, peu importe le type, ne sont pas moins susceptibles d’être vulnérables dans au moins un domaine de développement que les enfants qui n’ont pas été gardés. Ces résultats peuvent sembler surprenants. Or, comme le fait remarquer l’ISQ dans son rapport, la qualité des services de garde n’a pas été mesurée dans le cadre de l’enquête dont il est question aujourd’hui.

Selon notre récent dossier abordant la qualité des services éducatifs à la petite enfance au Québec, les enquêtes révèlent qu’une proportion non négligeable de tout-petits fréquente des services éducatifs à la petite enfance de faible ou très faible qualité. Dans ce contexte, les résultats publiés par l’ISQ semblent indiquer que la qualité de nos services éducatifs à la petite enfance n’est pas encore suffisante pour que ceux-ci exercent l’effet positif attendu sur le développement des tout-petits. Ce constat confirme donc l’urgence d’agir pour améliorer la qualité des services éducatifs québécois.

Pour en savoir plus : 

Dans les médias : 

Consultez les rapports complets de l’Institut de la statistique du Québec

Fermer

Inscrivez-vous

à notre infolettre pour
ne rien manquer
Je m'abonne!