Observatoire des tout-petits

Afficher le menu
ENEnglish
	Les Québécois souhaitent qu'on agisse pour les tout-petits des Premières Nations et des Inuit
28 novembre 2018

Les Québécois souhaitent qu'on agisse pour les tout-petits des Premières Nations et des Inuit

Un sondage mené en octobre dernier révélait, entre autres, que les Québécois estiment que les tout-petits des Premières Nations et des Inuit n'ont pas les mêmes chances pour développer leur plein potentiel que les tout-petits québécois.

Mené par la firme Léger à la demande de la Commission de la santé et des services sociaux des Premières Nations du Québec et du Labrador (CSSSPNQL), en collaboration avec l’Observatoire des tout-petits, le sondage révèle que :

  • 65 % des répondants estiment que l’état de santé de ces enfants et moins bon que celui des autres enfants du Québec.
  • 70 % pensent que ces enfants ont, dès la naissance, moins de chances de développer leur plein potentiel que les autres enfants de la province.
  • 64 % croient que les enfants des Premières Nations et des Inuit ont accès à moins de services que les autres au Québec.
  • 75 % des répondants du sondage voulaient que la société québécoise en fasse davantage pour aider les familles des Premières Nations et des Inuit.

Consulter le sondage

À la lumière de ces résultats, le Chef de l’Association des Premières Nations du Québec et du Labrador (APNQL), Ghislain Picard, déclarait lors de la dernière Grande semaine des tout-petits :

« Il y a urgence d’agir. [] À ce stade-ci, la prise de conscience ne suffit plus. Il faut, tout un chacun, unir nos forces afin que les enfants des Premières Nations et des Inuit puissent bénéficier du même traitement et des mêmes chances de réussir que l’ensemble des autres enfants au Québec. »

Pour aller plus loin :

Consulter le sondage

Lire le communiqué

 

Fermer

Inscrivez-vous

à notre infolettre pour
ne rien manquer
Je m'abonne!