Observatoire des tout-petits

Données administratives
? Les données administratives sont des renseignements recueillis par des organisations publiques et privées dans le cadre de leurs activités courantes.

Taux d'enfants âgés de 0 à 5 ans ayant reçu des soins dentaires

Mis à jour le 15 octobre 2017

Définition de l’indicateur

Nombre d’enfants âgés de 0 à 2 ans, 3 à 5 ans ou 0 à 5 ans ayant reçu au moins un soin dentaire (correspondant à un acte diagnostic, par exemple un examen ou à un acte traitement, par exemple réparation d'une carie) parmi les enfants âgés de 0 à 2 ans, 3 à 5 ans ou 0 à 5 ans dans la population générale. 

Notes importantes sur la définition

Le programme de services dentaires pour les enfants, créé en 1974, a connu au fil des ans de nombreuses modifications. En janvier 1997, une nouvelle mesure a fixé la fréquence des examens dentaires à un examen tous les 365 jours plutôt que tous les 180 jours (RAMQ, 1999). Les données sont donc comparables depuis 1998. Les services assurés sont l’examen, la radiographie, la prévention, la restauration, l’endodontie, la chirurgie et la (RAMQ, 2009).

Enfants ayant consulté un dentiste : il s'agit des enfants qui ont reçu des soins dentaires correspondant aux codes "actes diagnostics" (examen dentaire) (groupe 1). Enfants ayant reçu un traitement dentaire : il s'agit des enfants qui ont reçu des soins dentaires correspondant aux codes "actes traitements" (par ex., réparation d'une carie, extraction dentaire) (groupe 2). Les enfants du groupe 2 font nécessairement partie du groupe 1 puisqu'un enfant doit avoir reçu un code diagnostic (groupe 1) pour recevoir un code traitement (groupe 2). Il y a donc une duplication d'enfants (mais de faible ampleur).

Calcul des taux : seuls les services rémunérés à l'acte sont considérés dans le calcul de l'indicateur. Concernant le dénominateur, il correspond à la population des enfants québécois âgés de 0 à 2 ans, 3 à 5 ans, ou 0-5 ans (selon catégorie).

Âge des enfants : il s'agit des enfants âgés de 0 à 5 ans au 31 décembre de l'année concernée.

Les taux de l'ensemble du Québec pour la période observée (2006 à 2016) incluent des données de région sociosanitaire "inconnue". Ces données sont par contre de très faible ampleur.

Les données présentées concernent les services rémunérés à l'acte. De ce fait, elles ne sont pas le reflet de la prévalence du phénomène (ex. caries dentaires) dans la population.

Données provinciales

 
 
 

Source des données

Régie de l'assurance-maladie du Québec (RAMQ), Direction de l'analyse et de la gestion de l'information, Fichier des services rémunérés à l'acte. 

Institut de la statistique du Québec (ISQ), estimations de population (2011 : série produite en avril 2014; 2012-2016 : série produite en mars 2017) adaptées par l'ISQ pour tenir compte, entre autres, de l'ajustement des mouvements migratoires et du découpage géographique en vigueur en avril 2015.

Institut de la statistique du Québec (ISQ), estimations (1996-2000 : série produite en janvier 2010; 2001-2010 : série produite en avril 2014; 2011 : série produite en avril 2014; 2012-2015 : série produite en février 2016 ) de population adaptées par la Direction de la gestion intégrée de l'information (DGII) du Ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) pour tenir compte du découpage géographique en vigueur en avril 2014 (découpage ajusté pour tenir compte des modifications apportées par la loi 10).

Faits saillants provinciaux

Au Québec, en 2016, environ 163 000 enfants âgés de 0 à 5 ans ont consulté un dentiste pour un examen dans le cadre du programme de soins dentaires de la RAMQ, ce qui correspond à moins du tiers des enfants 0-5 ans (taux : 30,5 enfants pour 100 enfants 0-5 ans) (groupe 1). Ce taux est cependant plus élevé que celui de 2006 (28,4 enfants pour 100 enfants 0-5 ans). En 2016, les enfants plus âgés (3 à 5 ans) sont plus nombreux à avoir consulté un dentiste pour un examen comparativement aux enfants plus jeunes (0 à 2 ans) (respectivement 53,4% versus 6,7%). Les enfants plus âgés (3 à 5 ans) sont également plus nombreux à avoir reçu un traitement dentaire (par ex. pour réparer une carie) (10,3% versus 0,3% chez les 0 à 2 ans) (groupe 2).

Auteur des faits saillants provinciaux

Observatoire des tout-petits en collaboration avec la Régie de l'assurance-maladie du Québec (RAMQ)

Données régionales

 
 

Source des données

Régie de l'assurance-maladie du Québec (RAMQ), Direction de l'analyse et de la gestion de l'information, Fichier des services rémunérés à l'acte. 

Institut de la statistique du Québec (ISQ), estimations de population (2011 : série produite en avril 2014; 2012-2016 : série produite en mars 2017) adaptées par l'ISQ pour tenir compte, entre autres, de l'ajustement des mouvements migratoires et du découpage géographique en vigueur en avril 2015.

Institut de la statistique du Québec (ISQ), estimations (1996-2000 : série produite en janvier 2010; 2001-2010 : série produite en avril 2014; 2011 : série produite en avril 2014; 2012-2015 : série produite en février 2016 ) de population adaptées par la Direction de la gestion intégrée de l'information (DGII) du Ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) pour tenir compte du découpage géographique en vigueur en avril 2014 (découpage ajusté pour tenir compte des modifications apportées par la loi 10).

Faits saillants régionaux

En ce qui concerne les actes diagnostics, en 2016, quatre régions (Bas-Saint-Laurent, Saguenay-Lac-Saint-Jean, Abitibi-Témiscamingue et Chaudière-Appalaches) présentent des taux d'enfants âgés de 0 à 5 ans ayant consulté un dentiste (pour un examen) supérieurs à celui de l'ensemble du Québec alors que trois régions (Montréal, Outaouais et les régions regroupées du Nord-du-Québec, du Nunavik et des Terres-Cries-de-la-Baie-James) présentent des taux inférieurs à celui de l'ensemble du Québec. La tendance observée au niveau de l'ensemble du Québec quant à la plus grande fréquentation des services de soins dentaires chez les enfants plus vieux (3 à 5 ans) comparativement aux plus jeunes (0-2 ans) s'observe également dans toutes les régions pour les actes diagnostics.

En ce qui concerne les actes traitements, en 2016, trois régions (Montréal, Côte-Nord et Laval) présentent des taux d'enfants âgés de 0 à 5 ans ayant consulté un dentiste (pour un traitement) supérieurs à celui de l'ensemble du Québec alors que sept régions (Bas-Saint-Laurent, Capitale-Nationale, Mauricie et Centre-du-Québec, Outaouais, Gaspésie - Îles-de-la-Madeleine, Chaudière-Appalaches et les régions regroupées du Nord-du-Québec, du Nunavik et des Terres-Cries-de-la-Baie-James) présentent des taux inférieurs à celui de l'ensemble du Québec. La tendance observée au niveau de l'ensemble du Québec quant à la plus grande fréquentation des services de soins dentaires chez les enfants plus vieux (3 à 5 ans) comparativement aux plus jeunes (0-2 ans) s'observe également dans toutes les régions pour les actes traitements.

Auteur des faits saillants régionaux

Observatoire des tout-petits en collaboration avec la Régie de l'assurance-maladie du Québec (RAMQ)

Notes importantes

Pour les actes diagnostics, un critère de plus ou moins 3 enfants 0-5 ans ayant consulté un dentiste pour un examen (groupe 1) pour 100 enfants 0-5 ans (3%) a été appliqué pour identifier les taux inférieurs ou supérieurs au taux de l'ensemble du Québec en 2016. Pour les actes traitements (groupe 2), un critère de plus ou moins 0,6% a été appliqué pour identifier les taux inférieurs ou supérieurs au taux de l'ensemble du Québec en 2016.
 
Étant donné les plus petits nombres observés chez les 0-2 ans, les taux présentés à l'échelle régionale peuvent connaître des fluctuations ponctuelles qui ne sont pas nécessairement le fait d'une tendance significative. L'interprétation des données doit en tenir compte. 
 
La région sociosanitaire est déterminée selon l'adresse de résidence de l'enfant à la date du service. Les régions sociosanitaires 10, 17 et 18 ont été regroupées ensemble.

Quels sont les effets pour les tout-petits?

La santé buccodentaire est importante à toutes les étapes de la vie; elle contribue au bien-être, à l’état de santé général et à la qualité de vie.

Les enfants qui ont une bonne dentition peuvent mastiquer plus facilement et mieux absorber les nutriments qui favorisent leur croissance. Les caries et les maladies des gencives non traitées peuvent engendrer de la douleur, la perte de dents et même contribuer à accroître le risque de maladies respiratoires. Une santé buccodentaire déficiente peut aussi engendrer des troubles du sommeil, des problèmes de comportement et de développement chez l’enfant. Le statut socioéconomique de la famille et les habitudes des parents en termes d’hygiène dentaire ont un impact sur la santé dentaire des enfants.

Recension

Bibliothèques du CHU Sainte-Justine

Rédaction

Observatoire des tout-petits

Références

Barbosa, T. S. et Gaviao,  M. B.  (2008). Oral health-related quality of life in children: part II. Effects of clinical oral health status. A systematic review. Int J Dent Hyg, 6(2), 100-107.

Castilho, A. R., Mialhe, F. L.  et al. (2013). Influence of family environment on children's oral health: a systematic review. J Pediatr (Rio J), 89(2), 116-123.

Kumar, S.,  Kroon, J. et al. (2014). A systematic review of the impact of parental socio-economic status and home environment characteristics on children's oral health related quality of life. Health Qual Life Outcomes, 12, 41. 

Santé Canada (2009). Effet de la santé buccodentaire sur l’état de santé général. Bulletin Votre santé disponible ici.

Fermer

Section Données

Vous souhaitez contribuer à l'amélioration de la section Données de notre site? Répondez à ce sondage éclair.
Répondre