Observatoire des tout-petits

Données d’enquête
? Les données d’enquête sont des renseignements recueillis auprès d’un groupe de personnes qui présentent des caractéristiques spécifiques, comme les parents d’enfants de 0 à 5 ans ou les enfants fréquentant la maternelle.

Proportion d'enfants 0-5 ans habitant dans les milieux les plus défavorisés selon l'indice de défavorisation matérielle

Mis à jour le 14 janvier 2019

Définition de l’indicateur

Nombre d’enfants vivant dans les aires de diffusions ou les secteurs de dénombrements qui ont un indice de défavorisation matérielle appartenant au quintile 5 (quintile le plus défavorisé de l’IDM) sur le nombre total d’enfants. 

Notes importantes sur la définition

On considère comme milieu défavorisé, les territoires appartenant au cinquième quintile de l'indice provincial de défavorisation matérielle développé par l'Institut national de santé publique.

On exclut du calcul les enfants vivant dans une aire de diffusion sans indice de défavorisation matérielle (entre 0,2 et 3,0 % des enfants de 0 à 5 ans à l'échelle du Québec selon l'année).

En ce qui concerne les comparaisons dans le temps, puisque l’indice est reconstruit lors de chacune des années de référence, cela peut entrainer de légers changements dans la structure de l’indice. De plus, un même territoire géographique peut changer de quintile de défavorisation d’une année à l’autre, sans que son niveau de défavorisation n’ait changé, en raison du changement du seuil délimitant les quintiles. Il n'est donc pas conseillé de comparer cet indicateur d'une année à l'autre.

Les données de 1996, 2001, 2006 et 2016 ne sont pas disponibles pour les réserves et les établissements indiens partiellement dénombrés et ne sont pas comprises dans les totalisations.

Données provinciales

Source des données

Statistique Canada, Recensements de 1996, 2001, 2006 et 2016, adapté par l'Institut de la statistique du Québec.

Faits saillants provinciaux

Par sa nature, cet indicateur offre peu d'informations à l'échelle de l'ensemble du Québec. Cela est d'autant plus vrai que les données ne sont pas comparables dans le temps. La proportion d'enfants de 0 à 5 ans vivant dans les milieux les plus défavorisés selon l'indice de défavorisation matérielle est donc un indicateur plus utile pour comparer une région donnée avec l'ensemble du Québec.

Notes importantes

L’indicateur utilisé donne la proportion d’enfants de 0-5 ans qui vivent dans les zones géographiques auxquelles est attribué le quintile le plus défavorisé de l’indice de défavorisation matérielle. Cet indice est une mesure relative qui permet d’identifier les enfants de 0-5 ans vivant dans des territoires relativement défavorisés par rapport aux autres. Puisque l’indice est reconstruit lors de chacune des années de référence, cela peut entrainer de légers changements dans la structure de l’indice. De plus, un même territoire géographique peut changer de quintile de défavorisation d’une année à l’autre, sans que son niveau de défavorisation n’ait changé, en raison du changement du seuil délimitant les quintiles. Il est donc difficile de commenter l’évolution dans le temps de la proportion d’enfants appartenant aux milieux les plus défavorisés définis par le cinquième quintile. C’est pourquoi aucune tendance à la hausse ou à la baisse ne devrait être relevée. L’indicateur devrait plutôt être analysé année par année.

Données régionales

 
 
 

Source des données

Statistique Canada, Recensements de 1996, 2001, 2006 et 2016, adapté par l'Institut de la statistique du Québec.

Faits saillants régionaux

Que ce soit en 2016, en 2006, en 2001 ou en 1996, les proportions d’enfants âgés de 0 à 5 ans vivant dans des milieux considérés comme les plus défavorisés matériellement varient d’une région à l’autre. Cependant, il est important de rappeler que les données ne sont pas comparables dans le temps. Il faut donc se garder d’interpréter les écarts entre les pourcentages comme une tendance à la hausse ou à la baisse de la proportion d’enfants québécois de 0-5 ans vivant dans les milieux considérés comme les plus défavorisés sur le plan matériel dans chacune des régions.

Toutefois, le classement des régions est relativement stable entre 1996 et 2016. Les mêmes régions se démarquent par des proportions, soit plus élevées, soit plus faibles d’enfants de 0-5 ans vivant dans de tels milieux que celles de l’ensemble du Québec. Les deux régions où ces proportions sont les plus élevées sont la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine et le Nord-du-Québec où les proportions dépassent les 50 % à chacune des années entre 1996 et 2016.À l’opposé, les régions de la Capitale-Nationale, de Laval et de la Montérégie affichent les proportions parmi les plus faibles, à quelques exceptions près, soit pas loin d’un enfant sur dix ou moins.

Notes importantes

Il est important de rappeler que les données ne sont pas comparables dans le temps. Il faut donc se garder d’interpréter les écarts entre les pourcentages comme une tendance à la hausse ou à la baisse de la proportion d’enfants québécois de 0-5 ans vivant dans les milieux considérés comme les plus défavorisés sur le plan matériel dans chacune des régions.

Quels sont les effets pour les tout-petits?

La pauvreté aurait des effets négatifs sur le développement et le bien-être des enfants d’âge préscolaire.

Comparativement à des enfants de milieux favorisés, les enfants vivant en situation de pauvreté présenteraient plus de difficultés de langage, ce qui pourrait s’expliquer par une plus faible exposition à un vocabulaire varié. La pauvreté serait associée au développement de problèmes de comportement chez les enfants d’âge préscolaire. La manifestation des problèmes de comportement chez les jeunes enfants serait à son tour associée à un risque de dépression plus grand chez la mère. Les enfants vivant dans la pauvreté seraient plus à risque de développer des difficultés scolaires dès leur entrée à l’école et tout au long de leur parcours scolaire. Enfin, la pauvreté chez les jeunes enfants serait associée au développement plus fréquent de problèmes de santé physique, dont l’asthme.

Recension

Centre de liaison sur l’intervention et la prévention psychosociales (CLIPP)

Rédaction

Centre de liaison sur l’intervention et la prévention psychosociales (CLIPP) et Observatoire des tout-petits

Références

Béatrice, N., Lise, G., Victoria, Z. et Louise, S. (2012). Longitudinal patterns of poverty and health in early childhood: exploring the influence of concurrent, previous, and cumulative poverty on child health outcomes. BMC Pediatrics, 12, 141.

Leffel, K. et Suskind, D. (2013). Parent-directed approaches to enrich the early language environments of children living in poverty. [Review]. Seminars in Speech & Language, 34(4), 267–278.

Letourneau, N. L., Duffett-Leger, L., Levac, L., Watson, B. et Young-Morris, C. (2011). Socioeconomic Status and Child Development: A Meta-Analysis. Journal of Emotional and Behavioral Disorders, 21(3), 211–224.

Shaw, D. S. et Shelleby, E. C. (2014). Early-starting conduct problems: Intersection of conduct problems and poverty. Annual Review of Clinical Psychology, 10, 503–528.

Fermer

Section Données

Vous souhaitez contribuer à l'amélioration de la section Données de notre site? Répondez à ce sondage éclair.
Répondre