Observatoire des tout-petits

Données d’enquête
? Les données d’enquête sont des renseignements recueillis auprès d’un groupe de personnes qui présentent des caractéristiques spécifiques, comme les parents d’enfants de 0 à 5 ans ou les enfants fréquentant la maternelle.

Taux d'emploi des parents dans les familles avec au moins un enfant de 0-5 ans

Mis à jour le 21 janvier 2019

Définition de l’indicateur

Proportion de familles avec au moins un enfant de 0 à 5 ans où le parent dont il est question (père ou mère) occupe un emploi sur le nombre total de familles avec au moins un enfant de 0 à 5 ans.

Données provinciales

 

Source des données

Statistique Canada, Recensements, 2001, 2006 et 2016, adapté par l'Institut de la statistique du Québec.

Faits saillants provinciaux

Au Québec, le taux d’emploi des pères au Québec a suivi une tendance à la hausse, passant de 87,7 % en 2001 à 88,8 % en 2016. Entre 2001 et 2016, le taux d’emploi des mères au Québec a évolué à la hausse ; il est passé de 64,2 % en 2001 à 67,5 % en 2006 puis à 73,8 % en 2016.

Auteur des faits saillants provinciaux

Institut de la statistique du Québec

Notes importantes

Les données ne sont pas disponibles pour les réserves et les établissements indiens partiellement dénombrés et ne sont pas comprises dans les totalisations.

Données régionales

 
 

Source des données

Statistique Canada, Recensements, 2001, 2006 et 2016, adapté par l'Institut de la statistique du Québec.

Faits saillants régionaux

Dans les régions du Québec, le taux d’emploi des pères a suivi une tendance à la hausse, à l’exception des régions de l’Estrie et de Laval où ce taux évolue plutôt à la baisse et des régions de la Mauricie, de Lanaudière, des Laurentides, de la Montérégie et du Centre-du-Québec où il a été relativement stable.

Entre 2001 et 2016, le taux d’emploi des mères dans les régions du Québec a évolué à la hausse, à l’exception des régions de l’Estrie, de Montréal, du Nord-du-Québec et de Laval où le taux d’emploi des mères est resté relativement stable entre 2001 et 2006 puis a évolué à la hausse entre 2006 et 2016.

Auteur des faits saillants régionaux

Institut de la statistique du Québec

Notes importantes

Les données ne sont pas disponibles pour les réserves et les établissements indiens partiellement dénombrés et ne sont pas comprises dans les totalisations.

Quels sont les effets pour les tout-petits?

Les horaires de travail atypiques d’au moins un des deux parents seraient associés à la manifestation de problèmes de comportements et à des difficultés socioaffectives chez les jeunes enfants, surtout ceux dont les parents sont dépressifs, ont de faibles habiletés parentales et interagissent moins avec leur enfant.

Un faible réseau de soutien et une situation socioéconomique précaire ajoutent aux effets délétères de l’horaire atypique. Une étude a montré que les enfants nés d’une mère ayant un horaire de travail atypique ou ayant repris le travail au cours de la première année de vie de l’enfant seraient plus à risque de présenter des retards sur le plan de leur développement langagier et des problèmes de comportement à l’âge de 2 à 3 ans. Cependant, le retour des mères sur le marché du travail ne représenterait pas que des risques. Les enfants de mères monoparentales qui occupent un emploi permettant d’améliorer le revenu de la famille présenteraient moins de problèmes de comportement et un meilleur développement socioaffectif. Il est important de souligner que dans plusieurs études portant sur l'occupation d’un emploi par la mère, on ne semble pas avoir tenu compte du rôle de la fréquentation d’un service de garde, du degré de soutien social apporté par le père et l’entourage, ainsi que des conditions socioéconomiques, ce qui engendre des résultats contradictoires. Enfin, peu d’études font état de l’effet des conditions du travail du père sur le développement et le bien-être de leurs jeunes enfants.

Recension

Centre de liaison sur l’intervention et la prévention psychosociales (CLIPP)

Rédaction

Centre de liaison sur l’intervention et la prévention psychosociales (CLIPP) et Observatoire des tout-petits

Références

Berger, L., Brooks-Gunn, J., Paxson, C. et Waldfogel, J. (2008). First-year maternal employment and child outcomes: Differences across racial and ethnic groups. Children and Youth Services Review, 30, 365–387.

Daniel, S., Grzywacz, E.L., Tucker, J. et Han, W.J. (2009). Nonstandard maternal work schedules during infancy: Implications for children’s early behavior problems. Infant Behavioral Development, 32(2), 195-207.

Fuller. F., Caspary, G., Kagan, S.L., Gauthier, C., Shih-Cheng Huang, D., Carroll, J. et McCarthy, J. (2002). Does maternal employment influence poor children’s social development? Early Childhood Research Quarterly, 17, 470–497.

Li, J., Johnson, S. E., Han, W.-J., Andrews, S., Kendall, G., Strazdins, L. et  Dockery, A. (2014). Parents’ nonstandard work schedules and child well-being: a critical review of the literature. [Review]. Journal of Primary Prevention, 35(1), 53–73.

Fermer

Section Données

Vous souhaitez contribuer à l'amélioration de la section Données de notre site? Répondez à ce sondage éclair.
Répondre