Observatoire des tout-petits

Données d’enquête
? Les données d’enquête sont des renseignements recueillis auprès d’un groupe de personnes qui présentent des caractéristiques spécifiques, comme les parents d’enfants de 0 à 5 ans ou les enfants fréquentant la maternelle.

Proportion d'enfants âgés de 0 à 4 ans vivant dans une famille monoparentale

Mis à jour le 23 février 2016

Définition de l’indicateur

Nombre d’enfants âgés de 0 à 4 ans qui vivent avec un parent seul parmi l'ensemble des enfants âgés de 0 à 4 ans dans les familles de recensement des ménages privés.

Le groupe d’enfants vivant avec un parent seul comprend les fils et les filles biologiques, par alliance ou par adoption, ainsi que les petits-enfants qui vivent avec un grand-parent en l’absence d'un ou des parents.

 

 

 

Notes importantes sur la définition

Au recensement, les enfants en garde partagée sont déclarés au domicile du parent où ils vivent la plupart du temps. Les enfants qui passent autant de temps avec chaque parent sont déclarés au domicile du parent où ils se trouvent le jour du recensement. Un enfant est considéré comme vivant dans une famille monoparentale si, le jour du recensement, il est dans une famille comprenant un seul parent.

Données provinciales

 
 

Source des données

Statistique Canada, Recensement.

Faits saillants provinciaux

La proportion d'enfants âgés de 0 à 4 ans vivant dans une famille monoparentale a connu une diminution entre 2001 et 2011 et est passée de 14,6 % à 12,5 %.

Auteur des faits saillants provinciaux

Institut de la statistique du Québec

Notes importantes

Les données de 2001 et 2006 proviennent des données-échantillon 20 %, tandis que les données de 2011 sont tirées des données intégrales 100 %.

Données régionales

 

Source des données

Statistique Canada, Recensement.

Faits saillants régionaux

La proportion d'enfants âgés de 0 à 4 ans vivant dans une famille monoparentale est plus marquée dans certaines régions du Québec.

La part est particulièrement élevée dans le Nord-du-Québec. La région est l'une des seules où la proportion s'est accrue entre 2001 et 2011. La Côte-Nord se démarque aussi avec une part élevée. La Mauricie, Montréal, l'Outaouais et la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine affichent également des proportions supérieures au reste du Québec, mais dans une moindre mesure. La région de Chaudière-Appalaches affiche la proportion la plus faible.

Auteur des faits saillants régionaux

Institut de la statistique du Québec

Notes importantes

Les données de 2001 et 2006 proviennent des données-échantillon 20 %, tandis que les données de 2011 sont tirées des données intégrales 100 %.

Quels sont les effets pour les tout-petits?

Les tout-petits québécois peuvent vivre dans trois différents types de famille, à savoir les familles intactes, les familles recomposées et les familles monoparentales.

La famille intacte est formée d’un couple marié ou en union libre pour lequel tous les enfants du ménage vivent avec leurs deux parents biologiques ou adoptifs. La famille recomposée correspond pour sa part à un couple marié ou en union libre pour lequel au moins un des enfants du ménage n’est pas l’enfant biologique ou adoptif d’au moins un parent. Finalement, la famille monoparentale est formée d’un seul parent, père ou mère.

La monoparentalité maternelle, en cooccurrence avec la pauvreté et des interactions mère-enfant plus difficiles, serait associée à un stress accru ressenti chez les enfants d’âge préscolaire et par conséquent à une plus grande difficulté à gérer les émotions chez ces derniers. L’occupation d’un emploi par la mère agirait comme facteur de protection contre l’apparition de symptômes dépressifs, en plus de renforcer le sentiment de compétence parentale chez la mère.  Une meilleure santé mentale de la mère serait associée à de meilleures relations interpersonnelles entre la mère et le père de l’enfant, à une augmentation de la fréquence des visites du père à l’enfant, ainsi qu’à une amélioration du comportement de l’enfant et de son développement cognitif à l’âge scolaire.

Recension

Centre de liaison sur l’intervention et la prévention psychosociales (CLIPP)

Rédaction

Centre de liaison sur l’intervention et la prévention psychosociales (CLIPP) et Observatoire des tout-petits

Références

Jackson, A. P., et Scheines, R. (2005). Single Mothers’ Self-Efficacy, Parenting in the Home Environment, and Children's Development in a Two-Wave Study. Social Work Research, 29(1), 7.

Zalewski, M., Lengua, L. J., Fisher, P. A., Trancik, A., Bush, N. R., et Meltzoff, A. N. (2012). Poverty and single parenting: Relations with preschoolers’ cortisol and effortful control. Infant and Child Development, 21(5), 537–554.

Fermer

Section Données

Vous souhaitez contribuer à l'amélioration de la section Données de notre site? Répondez à ce sondage éclair.
Répondre