Observatoire des tout-petits

Données administratives
? Les données administratives sont des renseignements recueillis par des organisations publiques et privées dans le cadre de leurs activités courantes.

Taux d'hospitalisation en soins physiques de courte durée pour l'épilepsie chez les enfants 0-4 ans

Mis à jour le 9 mars 2018

Définition de l’indicateur

Rapport, pour une période donnée, du nombre d'hospitalisations en soins physiques de courte durée pour un diagnostic principal (épilepsie) chez les enfants de 0 à 4 ans, à la population québécoise des enfants de 0 à 4 ans durant la période. 

Notes importantes sur la définition

Le diagnostic principal (épilepsie) est défini selon la Classification statistique internationale des maladies et des problèmes de santé connexes, 10e révision (CIM-10, code G40), qui est une norme internationale pour présenter l’information sur les diagnostics cliniques mise au point par l’Organisation mondiale de la Santé (voir Institut canadien d'information sur la santé). 

Données provinciales

 

Source des données

MSSS, Fichier des hospitalisations MED-ÉCHO (produit électronique), actualisation découpage territorial version M34-2017;
Base de données sur les congés des patients, Institut canadien d'information sur la santé, actualisation découpage territorial version M34-2017;
MSSS, Estimations et projections démographiques, produit électronique (1981-1995 : version avril 2012, 1996-2036 : version mai 2017).
Rapport de l'onglet Plan national de surveillance produit par l'Infocentre de santé publique à l'Institut national de santé publique du Québec, mis à jour le 26 novembre 2018 à 15:49.

Faits saillants provinciaux

Au Québec, le taux annuel moyen d'hospitalisation en soins physiques de courte durée pour l'épilepsie chez les enfants de 0 à 4 ans est demeuré stable depuis les dix dernières années. Pour la période 2014-2017, le taux annuel moyen se situe à 57,4 hospitalisations pour 100 000 enfants de 0 à 4 ans. 

Auteur des faits saillants provinciaux

Observatoire des tout-petits en collaboration avec MSSS

Notes importantes

Le critère des intervalles de confiance (I.C.) disjoints a été appliqué pour conclure à une différence significative entre les taux de l'ensemble du Québec pendant la période d'observation (2008-2011, 2011-2014 et 2014-2017).

Le même critère a été appliqué pour conclure à une différence significative entre les taux d'une même région pendant la période d'observation ou entre les taux d'une région et ceux de l'ensemble du Québec. Ce critère, plus conservateur, pourrait occulter des différences significatives pour certaines régions ayant un échantillon plus petit. 

Mise en garde

À partir de 1996-1997, les données comprennent les hospitalisations des résidents québécois survenues dans les autres provinces canadiennes. Les hospitalisations des résidents québécois survenues dans les autres provinces canadiennes représentent environ 1 % de l'ensemble des hospitalisations des résidents québécois. Cette proportion est toutefois plus élevée dans certaines régions sociosanitaires. Par exemple, pour la période 2011-12 à 2015-16, la proportion d'hospitalisations hors province en soins physiques de courte durée hors province de la région de l'Outaouais est de 19,0%, tandis que celle de la région de la Gaspésie - Îles-de-la-Madeleine est de 5,3%.

Données régionales

 

Source des données

MSSS, Fichier des hospitalisations MED-ÉCHO (produit électronique), actualisation découpage territorial version M34-2017;
Base de données sur les congés des patients, Institut canadien d'information sur la santé, actualisation découpage territorial version M34-2017;
MSSS, Estimations et projections démographiques, produit électronique (1981-1995 : version avril 2012, 1996-2036 : version mai 2017).
Rapport de l'onglet Plan national de surveillance produit par l'Infocentre de santé publique à l'Institut national de santé publique du Québec, mis à jour le 26 novembre 2018 à 15:49.

Faits saillants régionaux

Pendant la période 2014-2017, six régions du Québec affichent des taux annuels moyens d'hospitalisation pour épilepsie significativement plus élevés que le taux pour l'ensemble du Québec chez les enfants de 0 à 4 ans (Bas-Saint-Laurent, Capitale-Nationale, Abitibi-Témiscamingue, Côte-Nord, Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine et Nunavik) tandis que trois régions affichent des taux annuels moyens significativement plus bas que l'ensemble du Québec pendant cette période (Montréal, Laval et Lanaudière).

Pendant les trois périodes d'observation (2008-2011, 2011-2014 et 2014-2017), les taux annuels moyen d'hospitalisation pour épilepsie sont demeurés relativement stables dans la plupart des régions du Québec à l'exception des régions de Lanaudière (diminution significative entre 2008-2011 et 2011-2014) et Saguenay-Lac-Saint-Jean (diminution significative entre 2008-2011 et 2014-2017).

Auteur des faits saillants régionaux

Observatoire des tout-petits en collaboration avec MSSS

Notes importantes

Les données du Nord-du-Québec, les données du Nunavik pour 2007-2010 et 2010-2013, les données de Laval pour 2013-2016 de même que les données des Terres-Cries-de-la-Baie-James ne sont pas présentées, car le coefficient de variation est supérieur à 33,33 %.

Le critère des intervalles de confiance (I.C.) disjoints a été appliqué pour conclure à une différence significative entre les taux d'une même région pendant la période d'observation ou entre les taux d'une région et ceux de l'ensemble du Québec. Ce critère, plus conservateur, pourrait occulter des différences significatives pour certaines régions ayant un échantillon plus petit. 

Quels sont les effets pour les tout-petits?

L'épilepsie est l'une des conditions neurologiques les plus courantes et les plus invalidantes.

L'épilepsie peut nuire autant à la santé physique globale de l’enfant qu’à sa santé mentale et à son développement. Cette condition est associée à un risque plus élevé de symptômes dépressifs, d’anxiété et de troubles du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH/TDA). Les enfants épileptiques sont également trois fois plus à risque de souffrir de troubles de l’humeur (ex. : dépression, trouble bipolaire). Le risque de présenter des problèmes d’apprentissage augmente également chez les enfants souffrant d’épilepsie.

Recension

Observatoire des tout-petits

Rédaction

Observatoire des tout-petits

Références

Carl E. Stafstrom and Lionel Carmant. Seizures and Epilepsy: An Overview for Neuroscientists. Cold Spring Harb Perspect Med. 2015 Jun 1; 5(6).

Fermer

Section Données

Vous souhaitez contribuer à l'amélioration de la section Données de notre site? Répondez à ce sondage éclair.
Répondre