Observatoire des tout-petits

Afficher le menu
ENEnglish
	Prévention du décrochage : chaque geste compte
12 février 2018

Prévention du décrochage : chaque geste compte

Du 12 au 16 février 2018 se tiendront les Journées de la persévérance scolaire 2018. Ces journées visent à rappeler aux élèves, aux parents, au personnel du réseau scolaire, aux employeurs et à l’ensemble des acteurs nationaux et régionaux qu’ils sont tous indispensables et qu’ils ont un rôle à jouer pour favoriser la persévérance scolaire des jeunes.

Lancées sous le thème Vos gestes, un + pour leur réussite, les JPS 2018 mettront en lumière les gestes que chacun de nous pouvons poser, et qui représentent des « + » pour la réussite éducative du jeune, aux différentes étapes de sa vie. Les organisateurs croient qu’en agissant sur des facteurs familiaux, personnels, scolaires et sociaux des jeunes, il est aussi possible de mieux les soutenir tout au long de leur parcours scolaire.

Un sondage Léger exclusif a d'ailleurs été dévoilé au lancement de la semaine. Ce sondage, réalisé auprès de Québécois ayant décroché, ayant pensé à décrocher ou ayant raccroché, démontre que les conditions qui mènent au décrochage peuvent se créer très tôt dans la vie d’un jeune et qu’une multitude de gestes, posés dès la petite enfance, peuvent faire une réelle différence.

 

 

La réussite éducative débute avant l'école

En effet, selon un dossier de l'Observatoire des tout-petits consacré au développement des enfants à la maternelle, les premières années de vie d’un enfant influencent sa capacité à apprendre et sa réussite à l’école. « Un effet domino peut même être ressenti à l’âge adulte, puisque la recherche démontre que la réussite scolaire au primaire prédit à son tour le niveau d’études atteint à l’âge de 22 ans », explique Fannie Dagenais, directrice de l’Observatoire des tout-petits.

Les impacts économique du décrochage scolaire

Cette démarche, initiée par les Instances régionales de concertation sur la persévérance scolaire et la réussite éducative (IRC), s’appuie notamment sur plusieurs données concernant les impacts économiques du décrochage scolaire1 :

•    Diminution marquée de l’espérance de vie de 7 ans.
•    1,7 fois plus de risques de faire partie de la population carcérale.
•    2,1 fois plus de chômage chez les personnes n’ayant pas de diplôme.
•    Forte réduction de la participation aux divers espaces démocratiques chez les personnes sans diplôme.

Contribuer au mouvement pour valoriser la persévérance

1. Groupe d’action sur la persévérance et la réussite scolaires au Québec (2009). Rapport Savoir pour pouvoir.

Fermer

Inscrivez-vous

à notre infolettre pour
ne rien manquer
Je m'abonne!