Observatoire des tout-petits

10 juin 2022

L’émergence d’un nouveau modèle de pères

Le point
Par Kathleen Couillard

Selon de récents sondages, un nouveau modèle de pères est en train d’émerger au Québec. Cette constatation, présentée dans le cadre de l’édition 2022 de la Su-Père Conférence, organisée par le Regroupement pour la valorisation de la paternité, est importante pour réfléchir à la manière d’intervenir auprès des pères et de mettre à jour les politiques publiques.

Dans le cadre de cette conférence animée par Jacques Roy, sociologue au Pôle d’expertise et de recherche en santé et bien-être des hommes et par Raymond Villeneuve, directeur général du Regroupement pour la Valorisation de la Paternité, les résultats de quatre sondages ont été analysés pour en dégager une synthèse.

Les sondages en question ont rejoint un total de 4 663 pères québécois. L’un portait sur la paternité dans un contexte de pandémie. Le deuxième abordait la coparentalité chez les pères et les mères d’enfants de moins de 5 ans. Le troisième faisait le portrait des réalités et des défis vécus par les pères québécois et ceux résidant dans les autres provinces canadiennes. Enfin, le dernier évaluait la perception des pères au sujet de la paternité.

La masculinité traditionnelle en recul

Selon Jacques Roy, les pères québécois semblent relever de moins en moins d’un modèle traditionnel. « Pour 48 % d’entre eux, être père c’est être un modèle avant tout », souligne-t-il. Par exemple, ils sont maintenant peu à voir le rôle de père comme un rôle de pourvoyeur.

« De plus, près de 9 pères sur 10 trouvent qu’il est important qu’un père démontre de l’affection à son enfant. Cela fait partie des nouvelles figures de la paternité moderne », remarque Jacques Roy. Une majorité de pères rapportent également que leur implication est valorisée par la mère et par les membres de leur entourage.

« Plus on progresse dans le temps, plus l’idée de faire équipe avec l’autre parent est importante. Que ce soit pour les tâches ménagères ou les soins aux enfants, les pères ont le goût de faire équipe de plus en plus avec l’autre parent. Ils sont généralement satisfaits de cette collaboration. »

Comme la société évolue et progresse, il y a un défi d’actualiser le discours de valorisation de l’engagement paternel, croit Raymond Villeneuve. « Ce qu’on disait dans les années 1990-2000 n’est peut-être plus à jour, souligne-t-il. Il y a maintenant plusieurs couples qui sont beaucoup plus égalitaires et ils ne sont pas rendus à la même place que ceux qui ont des modèles plus traditionnels. Il faut s’assurer d’être toujours pertinent socialement. »

Selon Raymond Villeneuve, la coparentalité est donc le plus grand levier de transformation sociale qui puisse exister. « Cette idée de coparentalité est de plus en plus présente, insiste-t-il. Il y a vraiment une tendance lourde et il faut s’ajuster aux parents d’aujourd’hui parce que la société change vite. »

La société québécoise plus progressiste?

Selon certains sondages, cette évolution se ferait dans une société plus progressiste et égalitaire que les autres sociétés canadiennes. « Les pères québécois ont un modèle un peu moins traditionnel et un peu plus progressiste qu’ailleurs au Canada », confirme Jacques Roy.

« Cela dit, les pères du reste du Canada montrent aussi un recul de la masculinité traditionnelle, remarque le sociologue. Partout au pays, les pères disent qu’ils aimeraient avoir un congé parental pour s’occuper de leurs enfants. Il y a 30 à 50 ans, on n’était pas là du tout comme société. »

Une pandémie qui accentue les facteurs de vulnérabilité

Cependant, les sondages révèlent aussi que la pandémie a frappé plus durement les pères québécois que ceux du reste du Canada.

« La pandémie a frappé tout le monde, mais elle a eu un impact relativement important du côté des pères, note Jacques Roy. Selon un sondage, presque la moitié des pères ont trouvé l’adaptation difficile. Près du tiers d’entre eux ont également rapporté vivre plus de tensions et de conflits dans leur couple depuis le début de la pandémie, comparativement à 22 % pour l’ensemble des hommes. »

Selon le sociologue, le fait d’avoir des enfants, surtout des plus jeunes, crée une pression. « Certaines catégories spécifiques de pères ont connu plus de difficultés, ajoute-t-il. Par exemple, les pères qui avaient un indice de détresse psychologique plus élevé que la moyenne avaient aussi davantage des problèmes de vulnérabilité, notamment les jeunes pères. »

Selon Raymond Villeneuve, ces résultats nous rappellent que les pères les plus défavorisés sont plus touchés par les crises individuelles et collectives. « Si les conditions socio-économiques font qu’un individu est plus vulnérable, la crise va frapper plus fort, explique-t-il. Comme société, nous devons donc porter une attention particulière à ces pères. »

Les pères défavorisés moins bien desservis

Malheureusement, les services sociaux et de santé rejoignent moins les pères vulnérables, déplore Raymond Villeneuve. « C’est tout un paradoxe, souligne-t-il. Les pères qui ont le plus de besoins sont ceux que l’on rejoint le moins. »

En effet, selon les sondages, 30 % des pères ne sauraient pas où s’adresser en cas de problèmes personnels, familiaux ou de santé. « Si on prend les pères qui ont un indice de détresse psychologique élevé, seulement le quart sont allés consulter en période de pandémie, ajoute Jacques Roy. Les trois quarts sont restés chez eux avec leurs problèmes. »

Pourquoi les hommes défavorisés utilisent-ils peu les services? Selon le sociologue, il s’agirait principalement d’une question de culture. « Les gens qui font partie des groupes plus défavorisés sur le plan socio-économique sont souvent méfiants à l’égard des professionnels de la santé, explique-t-il. De plus, sur le plan de leur propre système de valeurs, ils ont l’impression de ne pas avoir beaucoup de contrôle sur leur santé. »

Ce qui amène Raymond Villeneuve à conclure avec une citation du rapport de la commission Laurent. « Les parents, tant les mères que les pères, ont besoin d’un soutien adapté à leur réalité », rappelle-t-il.

 

Pour aller plus loin

Sondage Impact de la pandémie sur les pères

Contenu dans le même dossier

Le point
	La situation des pères et des hommes d'expression anglaise au Québec
15 juin 2022

La situation des pères et des hommes d'expression anglaise au Québec

Voir le contenu
Agir
	Promouvoir une approche coparentale au sein des milieux de pratique : quelques outils
15 juin 2022

Promouvoir une approche coparentale au sein des milieux de pratique : quelques outils

Voir le contenu
Agir
	Le comité des pères de l’organisme Cible Famille Brandon : innover pour mieux soutenir l’engagement paternel
15 juin 2022

Le comité des pères de l’organisme Cible Famille Brandon : innover pour mieux soutenir l’engagement paternel

Voir le contenu
Le point
	Un père sur sept a besoin d’aide
13 juin 2022

Un père sur sept a besoin d’aide

Voir le contenu
Le point
	La conciliation famille-travail chez les pères : où en sommes-nous?
13 juin 2022

La conciliation famille-travail chez les pères : où en sommes-nous?

Voir le contenu
Le point
	L’émergence d’un nouveau modèle de pères
10 juin 2022

L’émergence d’un nouveau modèle de pères

Voir le contenu
Agir
	Accompagner les pères, de l’annonce de la grossesse jusqu’à l’accouchement
8 juin 2022

Accompagner les pères, de l’annonce de la grossesse jusqu’à l’accouchement

Voir le contenu
Agir
	L’Étoile de Pacho : venir en aide aux pères d’enfants handicapés
8 juin 2022

L’Étoile de Pacho : venir en aide aux pères d’enfants handicapés

Voir le contenu
Agir
	La vulnérabilité chez les pères
8 juin 2022

La vulnérabilité chez les pères

Voir le contenu
Agir
	La bienveillance et l’accompagnement pour soutenir les pères immigrants
8 juin 2022

La bienveillance et l’accompagnement pour soutenir les pères immigrants

Voir le contenu
Le point
	Quelle est la perception des employeurs à l'égard du congé parental?
31 mars 2022

Quelle est la perception des employeurs à l'égard du congé parental?

Voir le contenu
Le point
	Devenir papa: les enjeux de la paternité en période périnatale
22 juin 2021

Devenir papa: les enjeux de la paternité en période périnatale

Voir le contenu
L'édito
	L'édito de Fannie : soutenir l’engagement des pères auprès de leur enfant dès les premières années de vie
14 juin 2021

L'édito de Fannie : soutenir l’engagement des pères auprès de leur enfant dès les premières années de vie

Voir le contenu
Crédits et références
	Crédits et remerciements
14 juin 2021

Crédits et remerciements

Voir le contenu
Le point
	Mille et une façons d'être père en 2021
13 juin 2021

Mille et une façons d'être père en 2021

Voir le contenu
Agir
	Innover pour mieux rejoindre les pères
13 juin 2021

Innover pour mieux rejoindre les pères

Voir la vidéo
Entendu
	Accueillir des pères immigrants
13 juin 2021

Accueillir des pères immigrants

Voir la vidéo
Agir
	Un nouveau projet-pilote pour aider les pères à mieux concilier famille, travail et études
10 juin 2021

Un nouveau projet-pilote pour aider les pères à mieux concilier famille, travail et études

Voir le contenu
Agir
	Soutenir l’engagement des pères à travers nos politiques publiques
2 juin 2021

Soutenir l’engagement des pères à travers nos politiques publiques

Voir le contenu
Le point
	Les congés de paternité au Québec 
1 juin 2021

Les congés de paternité au Québec 

Voir le contenu
Carte blanche
	Développer un nouveau « réflexe paternité »
1 juin 2021

Développer un nouveau « réflexe paternité »

Voir le contenu
Entendu
	Pères et séparation : des services de soutien peu connus
26 mai 2021

Pères et séparation : des services de soutien peu connus

Voir le contenu
Agir
	Le congé de paternité ailleurs dans le monde
26 mai 2021

Le congé de paternité ailleurs dans le monde

Voir le contenu
Le point
	L’engagement paternel : quels impacts sur le développement des tout-petits ?
25 mai 2021

L’engagement paternel : quels impacts sur le développement des tout-petits ?

Voir le contenu