Observatoire des tout-petits

Taux d'hospitalisation en soins physiques de courte durée pour l'asthme chez les enfants âgés de 0 à 4 ans

Définition de l’indicateur

Rapport, pour une période donnée, du nombre d'hospitalisations en soins physiques de courte durée pour un diagnostic principal (asthme) chez les enfants 0-4 ans, à la population québécoise des enfants 0-4 ans durant la période. 

Fait saillant provincial

Au Québec, le taux annuel moyen d'hospitalisation en soins physiques de courte durée pour un problème relatif à l'asthme chez les enfants 0-4 ans a diminué significativement pendant les périodes 2008-2011 et 2011-2014 pour par la suite demeurer stable entre 2011-2014 et 2014-2017. Entre les périodes 2008-2011 et 2014-2017, le taux est passé de 324 à 182 hospitalisations pour 100 000 enfants 0-4 ans.

 

Fait saillant régional synthèse

Pendant la période 2014-2017, sept régions du Québec affichent des taux annuels moyens d'hospitalisations en soins physiques de courte durée pour l'asthme chez les enfants 0-4 ans significativement plus élevés que le taux pour l'ensemble du Québec (Saguenay-Lac-St-Jean, Mauricie et Centre-du-Québec, Outaouais, Abitibi-Témiscamingue, Lanaudière, Laurentides et Montérégie). Cinq régions affichent des taux annuels moyens significativement plus bas que l'ensemble du Québec pendant cette période (Bas-St-Laurent, Capitale-Nationale, Estrie, Montréal et Chaudière-Appalaches).

Dans la majorité des régions du Québec, les taux annuels moyens d'hospitalisations en soins physiques de courte durée pour l'asthme ont significativement diminué entre les périodes 2008-2011 et 2011-2014. Cette diminution s'est poursuivie pour la période 2014-2017 pour la région de Montréal. On observe cependant une augmentation pour la région de la Mauricie et Centre-du-Québec tandis que pour les autres, les taux sont demeurés stables pendant cette période. Dans cinq régions du Québec (Bas-St-Laurent, Outaouais, Abitibi-Témiscamingue, Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, et Terres-Cries-de-la-Baie-James), les taux n'ont pas connu de diminution significative pendant la période d'observation (2008-2011, 2011-2014 et 2014-2017).