Observatoire des tout-petits

Taux d'enfants de 0-5 ans ayant une prise en charge active dans l'année

Définition de l’indicateur

Rapport du nombre d'enfants de 0-5 ans ayant une prise en charge active dans l'année (selon le motif de prise en charge), au nombre d'enfants de 0-5 ans dans la population québécoise pendant la période.

Fait saillant provincial

Au Québec, en 2015-2016, 7 214 enfants de 0-5 ans font l'objet d'une prise en charge active par les services de protection de la jeunesse, ce qui correspond à 13,5 enfants pris en charge pour 1 000 enfants de 0-5 ans dans la population québécoise. Le taux d'enfants de 0-5 ans pris en charge par les services de protection est demeuré relativement stable entre 2009-2010 et 2015-2016, oscillant entre 12,8 et 13,9  enfants pris en charge pour 1 000 enfants de 0-5 ans. 

En 2015-2016, le motif le plus fréquent de prise en charge est le risque sérieux de négligence (5,1 enfants pris en charge pour 1 000 enfants de 0-5 ans dans la population québécoise), suivi par la négligence (3,5 pour 1 000) et les mauvais traitements psychologiques (2,7 pour 1 000). Ce portrait s'observe également pour les années antérieures.

 
 

Fait saillant régional synthèse

Évolution des taux d'enfants pris en charge entre 2009-10 et 2015-16

Entre 2009-2010 et 2015-2016, certaines régions présentent, en moyenne, des taux d'enfants pris en charge par la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) plus élevés que les taux moyens du reste du Québec pendant cette même période. C'est le cas des régions du Bas-St-Laurent, du Saguenay-Lac-St-Jean, de la Mauricie et du Centre-du-Québec, de l'Outaouais, de l'Abitibi-Témiscamingue, de la Côte-Nord, du Nord-du-Québec et de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine. Les régions de l'Estrie, Montréal, Laval, Nunavik et Terres-Cries-de-la-Baie-James présentent, pour leur part, des taux moyens d'enfants pris en charge moins élevés que ceux du reste du Québec pendant cette période. Enfin, cinq régions présentent des taux d'enfants pris en charge similaires aux taux moyens du reste du Québec (Capitale-Nationale, Chaudière-Appalaches, Lanaudière, Laurentides et Montérégie).

On observe le même portrait en 2015-2016, à l'exception de la région des Laurentides qui présente un taux d'enfants pris en charge plus élevé que le taux du reste du Québec et des régions de l'Estrie, de l'Outaouais et du Nord-du-Québec qui présentent, pour leur part, des taux similaires au taux du reste du Québec.