Observatoire des tout-petits

Afficher le menu
ENEnglish

Taux de césarienne

Définition de l’indicateur

Rapport, pour une période donnée, du nombre de césariennes au nombre d'accouchements qui ont eu lieu dans les centres hospitaliers du Québec durant la période. 

Fermer

Fait saillant provincial

Le taux de césariennes est en hausse au Québec. Il est passé de 20,9 césariennes pour 100 accouchements en 2002 à 25,1 césariennes pour 100 accouchements en 2016, ce qui correspond à une augmentation de 20% du taux de césariennes de 2002. 

 

Fait saillant régional synthèse

En 2016, onze régions se distinguent de l'ensemble du Québec quant aux taux de césariennes. Les régions de la Capitale-Nationale, de Montréal, de la Gaspésie - Îles-de-la-Madeleine, de Chaudière-Appalaches et des Terres-Cries-de-la-Baie-James affichent des taux de césariennes significativement plus élevés. Les régions de la Mauricie-Centre-du-Québec, de l'Estrie, de Lanaudière, des Laurentides, de la Montérégie et du Nunavik affichent des taux de césariennes significativement plus bas que l'ensemble du Québec. En 2002, cinq régions se distinguaient de l'ensemble du Québec quant aux taux de césariennes. Les régions du Bas-St-Laurent, de Montréal, de la Côte-Nord et de Chaudière-Appalaches affichaient des taux de césariennes plus élevés alors que la région des Laurentides affichait un taux de césariennes plus bas que l'ensemble du Québec.

**Voir la mise en garde concernant les régions de l'Estrie et de la Montérégie.

 

Source des données

Base de données sur les congés des patients, Institut canadien d'information sur la santé (ICIS) ; Fichier des hospitalisations MED-ÉCHO, Ministère de la santé et des services sociaux.

Données rendues disponibles à l'adresse suivante : http://yourhealthsystem.cihi.ca/epub/search.jspa?language=fr&healthIndicatorSelection=Csec

Source fait saillant provincial

Observatoire des tout-petits

Source fait saillant régional

Observatoire des tout-petits

Mise en garde

Des changements ont été apportés aux frontières géographiques de deux régions du Québec (05- Estrie et 16- Montérégie) en avril 2015; pour cette raison, les résultats de ces deux régions pour les exercices antérieurs à 2015-2016 ne peuvent être comparés à ceux des exercices ultérieurs. Ainsi, dans le fait saillant régional, ces deux régions ne sont pas comparées à l'ensemble du Québec en 2002.

Notes

À partir de 2002, les mortinaissances sont incluses dans les taux de césariennes. Puisqu'il se peut que les données des années précédentes à 2002 ne soient pas comparables, le choix a été fait de présenter les données à partir de l'année 2002. 

Pour les régions du Nord-du-Québec, du Nunavik et des Terres-Cries-de-la-Baie-James, les données sont disponibles uniquement à partir de 2012.

Jusqu’en 2005-2006, le diagnostic principal était défini selon la CIM-9. Depuis l’année 2006-2007, les diagnostics sont déterminés selon la CIM-10-CA (version canadienne de la CIM-10). Concernant les taux de césariennes, le passage de la CIM-9 à la CIM-10-CA n'entraînerait pas de rupture dans l’analyse temporelle des hospitalisations si bien que les données avant et après 2005-2006 peuvent être comparées.

Le critère des intervalles de confiance (I.C.) disjoints a été appliqué pour conclure à une différence significative entre le taux de césariennes de l'ensemble du Québec en 2002 et celui en 2016. Le même critère a été appliqué pour conclure à une différence significative entre les taux d'une région et ceux de l'ensemble du Québec. Ce critère, plus conservateur, pourrait occulter des différences significatives pour certaines régions ayant un échantillon plus petit (par ex., Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine et Abitibi-Témiscamingue). 

Le taux de césariennes renseigne sur la fréquence des accouchements chirurgicaux par rapport à toutes les méthodes d'accouchement. Puisque les accouchements par césarienne entraînent une augmentation de la morbidité et de la mortalité maternelles et sont associés à des coûts plus élevés, le taux de césariennes sert souvent à contrôler les pratiques cliniques, étant implicitement entendu que de faibles taux signifient des soins plus adéquats et plus efficaces (information tirée de la fiche-indicateur sur le site de l'Institut canadien d'information sur la santé : http://repertoiredesindicateurs.icis.ca/pages/viewpage.action?pageId=5111928).

 

Notes graphiques

Les données des régions du Nord-du-Québec (2002 à 2011), du Nunavik (2002 à 2015) et des Terres-Cries-de-la-Baie-James (2002 à 2015) ne sont pas présentées car elles sont non disponibles (...).

Fermer

Inscrivez-vous

à notre infolettre pour
ne rien manquer
Je m'abonne!