Observatoire des tout-petits

Répartition des enfants âgés de 0 à 5 ans selon le type de famille

Définition de l’indicateur

Rapport du nombre d’enfants âgés de 0 à 5 ans vivant dans un type de famille donné sur le nombre total d’enfants québécois âgés de 0 à 5 ans.

Une famille intacte est une famille comptant un couple (marié ou en union libre) et des enfants qui sont tous les enfants biologiques et/ou adoptés des deux conjoints.

Une famille recomposée est une famille comptant un couple (marié ou en union libre) et des enfants dont au moins un est l’enfant biologique ou adopté d’un seul des conjoints dont la naissance ou l'adoption est survenue avant la relation actuelle.

Une famille monoparentale est une famille composée d’un parent seul (père ou mère) vivant avec un ou plusieurs enfants biologiques et/ou adoptés.

Fait saillant provincial

En 2016, la grande majorité des enfants de 0-5 ans du Québec vivaient dans une famille intacte (76,3 %). On estime que 9,8 % d’enfants du même groupe d’âge vivaient dans une famille recomposée et 13,9 % dans une famille monoparentale. Les proportions d'enfants vivant dans les différents types de famille sont demeurées stables entre 2011 et 2016.

 

Fait saillant régional synthèse

En 2011 comme en 2016, la grande majorité des enfants de 0-5 ans du Québec vit dans une famille intacte. Par contre, des proportions plus faibles d’enfants de 0-5 ans vivant dans une famille intacte sont observées en 2011 et en 2016 dans les régions de la Côte-Nord, du Nord-du-Québec et de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine. Les données montrent que pour plusieurs régions comme le Bas-Saint-Laurent, le Saguenay–Lac-Saint-Jean, Mauricie, Outaouais, l’Abitibi – Témiscamingue, Chaudière – Appalaches, Laval, Lanaudière, les Laurentides, la Montérégie et le Centre-du-Québec, la proportion d’enfants de 0-5 ans vivant dans une famille intacte a évolué à la baisse. À l’inverse, on observe une hausse de cette proportion à Montréal.

En ce qui concerne les enfants de 0 à 5 ans vivant dans une famille recomposée, entre 2011 et 2016, les proportions sont relativement stables pour le Québec et la plupart des régions administratives. Cependant, la proportion d’enfants de 0-5 ans vivant dans une famille recomposée a évolué à la hausse entre 2011 et 2016 en Mauricie et sur la Côte-Nord. À l’inverse, elle a évolué à la baisse au Nord-du-Québec et en Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine. Les régions qui affichent les proportions les plus faibles d’enfants de 0-5 ans vivant dans une famille recomposée en 2011 et en 2016 sont Montréal et Laval, et dans une moindre mesure, la Capitale-Nationale. À l’inverse, c’est l’Abitibi – Témiscamingue qui affiche la proportion la plus élevée en 2011 et en 2016.

Quant aux enfants de 0-5 ans vivant dans une famille monoparentale, la proportion est restée relativement stable entre 2011 et 2016. Dans la région de Montréal, on observe une diminution de cette proportion. À l’inverse, dans les autres régions, à savoir le Bas-Saint-Laurent, le Saguenay–Lac-Saint-Jean, la Mauricie, l’Outaouais, l’Abitibi – Témiscamingue, le Nord-du-Québec, la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, Chaudière – Appalaches, Lanaudière, les Laurentides, la Montérégie et le Centre-du-Québec, la proportion d’enfants de 0 à 5 ans vivant dans une famille monoparentale a évolué à la hausse. Les proportions les plus élevées d’enfants de 0-5 ans vivant dans une famille monoparentale en 2016 sont observées dans le Nord-du-Québec, la Côte-Nord et en Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine. Il convient d’indiquer qu’en 2016 les régions de la Mauricie et l’Outaouais affichent elles aussi des proportions bien plus élevées que celles du Québec.Trois régions affichent en 2016 des proportions relativement plus faibles que celle du Québec; Chaudière-Appalaches, Capitale-Nationale et Laval.