Observatoire des tout-petits

Concomitance annuelle des conduites parentales à caractère violent à l’égard des enfants âgés de 5 ans ou moins de la part d’un adulte de la maison

Définition de l’indicateur

Nombre d'enfants âgés de 5 ans ou moins selon la concomitance des conduites parentales à caractère violent de la part d'un adulte de la maison au cours des 12 derniers mois telle que rapportée par la mère (mère biologique, belle-mère, tutrice ou autre femme responsable de l'enfant) parmi l'ensemble des enfants âgés de 5 ans ou moins.

Cet indicateur mesure la concomitance entre l’agression psychologique répétée, la violence physique mineure et la violence physique sévère chez l’ensemble des enfants de 5 ans ou moins. 

On considère qu’un enfant a subi de l’agression psychologique répétée durant l’année de la part d’un adulte de la maison lorsque sa mère (mère biologique, belle-mère, tutrice ou autre femme responsable de l’enfant) a répondu à au moins une des cinq questions sur cette forme de violence « ...c’est arrivé de 3 à 5 fois » ou « c’est arrivé 6 fois et plus » ou qu’elle a répondu à au moins trois des questions « ...c’est arrivé 1 ou 2 fois ». 

On considère qu’un enfant a subi de la violence physique mineure durant l’année de la part d’un adulte de la maison lorsque sa mère a répondu « ...c’est arrivé 1 ou 2 fois », « ...c’est arrivé de 3 à 5 fois » ou « c’est arrivé 6 fois et plus » à au moins une des quatre questions.

On considère qu’un enfant a subi de la violence physique sévère lorsque sa mère a répondu « ...c’est arrivé 1 ou 2 fois », « ...c’est arrivé de 3 à 5 fois » ou « c’est arrivé 6 fois et plus » à au moins une des huit questions. 

Les enfants sont ensuite classés dans l’une des cinq catégories suivantes selon la combinaison des formes de conduites dont ils ont été victimes : « Aucune forme »; « Agression psychologique répétée uniquement »; « Agression psychologique répétée et violence physique mineure »; « Agression psychologique répétée, violence physique mineure et violence physique sévère »; « Autres combinaisons  ».

Fait saillant provincial

Il y a proportionnellement plus d’enfants âgés de 5 ans ou moins qui n’ont pas été victimes de conduites parentales à caractère violent de la part d’un adulte de la maison en 2018 (28 %) qu’en 1999 (22 %), 2004 (23 %) et 2012 (21 %). On trouve, en proportion, moins d’enfants victimes d’agression psychologique répétée et de violence physique mineure de manière concomitante en 2018 (21 %) qu’en 1999, 2004 et 2012 (entre 27 % et 33 %). La proportion d'enfants victimes des trois formes de violence de manière concomitante est moins élevée en 2018 (1,9 %*) qu’en 1999 (3,8 %*). Il en va de même pour ceux victimes des combinaisons regroupées dans la catégorie « Autres » (31 % c. 40 %). Ces diminutions d’enfants victimes de conduites à caractère violent de manière concomitante pourraient expliquer que l’on trouve une augmentation d'enfants victimes uniquement d’agression psychologique répétée en 2018 (18 %) par rapport aux années précédentes (de 5 %* à 14 %) (voir Notes fait saillant).

 

Source des données

Institut de la statistique du Québec, La violence familiale dans la vie des enfants du Québec, 1999, 2004, 2012 et 2018.

Source fait saillant provincial

Institut de la statistique du Québec

Mise en garde

Étant donné que les enfants âgés de 6 mois ou moins sont exclus de la population visée par les éditions de 2012 et de 2018 de l’enquête La violence familiale dans la vie des enfants du Québec, des vérifications ont été effectuées et les résultats de certaines estimations et comparaisons pour cet indicateur sont affectés par le changement de couverture, soit les comparaisons entre 1999 et 2012 et entre 2004 et 2012. Certaines données affichent un coefficient de variation entre 15% et 25% (interpréter avec prudence). Télécharger le tableau des données provinciales pour plus d'information.

Notes

Enfants âgés de 5 ans ou moins : Il s'agit des enfants âgés de 0 à 5 ans en 1999 et en 2004 et de 6 mois à 5 ans en 2012 et en 2018.

Catégorie "Autre" inclut les situations suivantes : Agression psychologique répétée et violence physique sévère;  Agression psychologique (1 ou 2 fois) uniquement; Violence physique mineure uniquement; Violence physique sévère uniquement;  Agression psychologique (1 ou 2 fois) et violence physique mineure; Agression psychologique (1 ou 2 fois) et violence physique sévère; Violence physique mineure et sévère; Agression psychologique (1 ou 2 fois), violence physique mineure et sévère.

Notes faits saillants

Si l’on se penche sur l’agression psychologique répétée sans tenir compte de la concomitance des formes de violence, le taux observé en 2018 (42 %) n’est pas statistiquement différent de ceux observés dans les années antérieures (entre 38 % et 44 %). Notons cependant que la comparaison entre 2004 et 2018 est affectée par le changement de couverture dans ce cas.

Publications

Clément, M.-È., D. Julien, S. Lévesque et J. Flores (2019). La violence familiale dans la vie des enfants du Québec, 2018. Les attitudes parentales et les pratiques familiales, Québec, Institut de la statistique du Québec.

Clément, M.-È., F. Bernèche, C. Chamberland et C. Fontaine (2013). La violence familiale dans la vie des enfants du Québec, 2012. Les attitudes parentales et les pratiques familiales, Québec, Institut de la statistique du Québec, 146 p. 

Clément, M.-È., C. Chamberland , L. Côté, D. Dubeau et B. Beauvais (2005). La violence familiale dans la vie des  enfants du Québec, 2004, Québec, Institut de la statistique du Québec, 162 p.

Clément, M.-È., C. Bouchard, M. Jetté et S. Laferrière (2000). La violence familiale dans la vie des enfants du Québec, 1999, Québec, Institut de la statistique du Québec, 117 p. 

Fermer

Inscrivez-vous

à notre infolettre pour
ne rien manquer