Observatoire des tout-petits

Afficher le menu
ENEnglish

Les enfants ont-ils tous
des chances égales à leur
entrée à l'école?

Au Québec, 1 enfant sur 4 est vulnérable dans au moins un domaine de son développement. Cette proportion atteint 1 sur 3 dans les milieux les plus défavorisés et 1 sur 5 dans les milieux les plus favorisés. Comment pouvons-nous agir collectivement et dès la naissance, pour offrir aux enfants québécois des chances égales de réussite?

Est-il possible de changer les choses?
Consulter le dossier

Outils à télécharger

Vos réactions

Services éducatifs à la petite enfance
« De toutes les priorités, la première est de créer des places en CPE dans les milieux défavorisés. »
Alexandre Taillefer
Associé principal, XPND Capital
Écouter le panel
Services éducatifs à la petite enfance
« Les gouvernements se sont concentrés sur l’accès à l’éducation à la petite enfance. Maintenant, ce qui est à travailler, c’est la qualité. »
Peggy Furic
Consultante, Direction de l’éducation et des compétences, OCDE
Écouter son allocution
Services éducatifs à la petite enfance
« Les gains des interventions en petite enfance sont parfois observables seulement plus tard dans la vie. »
Michel Boivin
Professeur titulaire, École de psychologie, Université Laval
Écouter le panel
Services éducatifs à la petite enfance
« La qualité des services éducatifs à l’enfance, ça coûte cher. Il faut donc investir. »
Nathalie Bigras
Professeure et directrice scientifique, Département de didactique, UQAM
Écouter le panel
Services éducatifs à la petite enfance
« De toutes les priorités, la première est de créer des places en CPE dans les milieux défavorisés. »
Alexandre Taillefer
PDG, XPND Capital
Écouter la conversation
Services éducatifs à la petite enfance
« Offrir des services éducatifs gratuits à la petite enfance engendrerait des coûts, mais le rendement de l’investissement serait énorme pour la société. Tous les chefs d’entreprise prendraient cette décision ! »
Alexandre Taillefer
PDG, XPND Capital
Lire l'article

Démarche de consultation sur les pistes de solution

1 enfant sur 4

Est vulnérable à la maternelle dans au moins 1 domaine de développement

Sur quoi se base-t-on?

L’Enquête québécoise sur le développement des enfants à la maternelle (EQDEM) réalisée en 2012 a fourni des informations sur l’état de développement de près de 65 000 enfants.

Cinq domaines ont été évalués :

  • la santé physique et le bien-être;
  • les compétences sociales;
  • la maturité affective;
  • le développement cognitif et langagier;
  • les habiletés de communication et les connaissances générales.

On a par exemple évalué le niveau d’énergie dont ils disposent (santé physique et le bien-être), leur capacité à s’exprimer (cognitif et langagier), à s’entendre avec les enfants qu’ils côtoient (compétences sociales), à gérer leurs émotions (maturité affective) et à comprendre la notion de temps (habiletés de communication et connaissances générales).

Cette proportion atteint
1 enfant sur 3

(31 %) dans les milieux les plus défavorisés

1 enfant sur 5

(21 %) dans les milieux les plus favorisés

Le portrait varie aussi d’une région à l’autre

À titre d’exemple, les régions suivantes : Laval (30%), Montréal (29%) et l’Outaouais (28%) comptent plus d’enfants à la maternelle vulnérables dans au moins un domaine de développement que le reste du Québec (26 %).

D’autres présentent une proportion moins élevée d’enfant vulnérables

Par exemple:

  • Capitale-Nationale : 23%
  • Lanaudière : 23%
  • Chaudière-Appalaches : 22%
  • Centre-du-Québec : 22%

Le milieu de vie est donc déterminant dans le développement des tout-petits

Pourquoi faut-il s’en préoccuper?

+600

C’est la différence entre le nombre de mots connus par les enfants de familles favorisées et par ceux de familles défavorisées à l’âge de 3 ans.

Le développement au cours des premières années de vie d’un enfant influence sa capacité à apprendre et sa réussite à l’école.

Il est notamment établi :

Que les enfants ayant connu des conditions de vie difficiles ou stressantes entre 0 et 5 ans auront développé moins d’habiletés avant d’entrer à la maternelle.

Que les habiletés des tout-petits à la maternelle sont susceptibles d’influencer leur réussite scolaire au primaire.

Que la réussite scolaire au primaire est susceptible d’influencer le niveau d’études atteint à l’âge de 22 ans.

Est-il possible de changer les choses?

Des études ont démontré

Que la maladie ou un problème à la naissance expliquerait uniquement 5% des problèmes de développement chez les enfants.
Que les enfants les plus à risque sur le plan de leur développement sont aussi les plus réceptifs aux interventions et aux environnements stimulants.

Dans les milieux les plus défavorisés, la fréquentation d’un service de garde et d’une maternelle 4 ans contribue à réduire la proportion d’enfants vulnérables en ce qui a trait à leur développement.

Proportion d’enfants vulnérables dans les milieux les plus défavorisés :

23%

ayant fréquenté un service de garde et une maternelle 4 ans

44%

n’ayant pas fréquenté un service de garde et une maternelle 4 ans

Que la proportion des enfants qui présentent des vulnérabilités dans leur développement pourrait se limiter à 10% à condition de prendre les moyens qui s’imposent.

Que 1 dollar investi en vue de donner aux enfants un meilleur départ dans la vie présente un rendement de 4 à 9 dollars!

Comment est-ce possible?
Les sommes investies dans les services à la petite enfance permettent notamment de réduire le recours aux programmes d’aide sociale et d’augmenter le revenu moyen des personnes en ayant bénéficié, ce qui accroît les sommes perçues en impôt par le gouvernement.
En d’autres termes, bien que la situation soit préoccupante, il est possible d’agir!

Partager l’infographie du dossier

Infographie
Partage Pinterest