Observatoire des tout-petits

Afficher le menu
ENEnglish
	Prévention de problèmes sociaux et physiques: 4 facteurs de risque modifiables
24 janvier 2017

Prévention de problèmes sociaux et physiques: 4 facteurs de risque modifiables

Une nouvelle étude menée en Nouvelle-Zélande en collaboration avec la Duke University et le King’s College London confirmerait l’hypothèse selon laquelle certains facteurs de risque présents chez les tout-petits peuvent prédire l'apparition à l’âge adulte de problèmes physiques et sociaux. Ces problèmes identifiés par les chercheurs peuvent aller du décrochage scolaire à l’obésité, en passant par le taux de tabagisme, le niveau de pression sanguine, la criminalité, etc. Ces facteurs de risque sont :

  • le statut socioéconomique de l’enfant
  • la maltraitance
  • l’intelligence de l’enfant par la mesure du QI aux âges de 7, 9 et 11 ans.
  • sa maîtrise de soi

Cette étude néozélandaise, publiée dans la revue Nature Human Behaviour, est le résultat d'une enquête menée auprès de 1 037 participants, suivis par les chercheurs de la naissance à l’âge adulte (soit de 3 ans à 38 ans). Cette étude vise à documenter et à mieux comprendre quels sont les impacts à long terme d'une intervention précoce auprès des tout-petits, avec l'intention de vérifier à quel point ces mesures de soutien tôt dans la vie permettraient de réduire l'apparition de problèmes à l'âge adulte.

En conclusion, les chercheurs insistent sur l'aspect modifiable de ces facteurs de risque, tant chez l’enfant que chez ses parents et appellent donc à renforcer les interventions sociales dans les foyers à risque élevé de négligence des enfants. En effet, dans une perspective de prévention, les chercheurs encouragent le recours à des interventions précoces et ciblées qui minimiseraient ces facteurs de risque et engendreraient, disent-ils, un «retour considérable sur investissement».

 

POUR PRENDRE CONNAISSANCE DE L'ÉTUDE

 

RÉFÉRENCE

CASPI, AVSHALOM et al. Childhood forecasting of a small segment of the population with large economic burden. Nat. Hum. Behav. 1, 0005 (2016).