Observatoire des tout-petits

Afficher le menu
ENEnglish
	Où en est la conciliation travail-famille au Québec ?
11 septembre 2017

Où en est la conciliation travail-famille au Québec ?

Comment se passe la conciliation travail-famille ? Une étude exploratoire menée par le ministère de la Famille auprès de 8 000 entreprises de la province lève le voile sur leurs pratiques.

En résumé :

Les pratiques les plus couramment implantées sont :

  • La flexibilité des horaires
  • La diminution des heures travaillées
  • La semaine comprimée
  • Les banques d’heures ou de temps
  • La flexibilité dans le choix des vacances
  • Le télétravail
  • Les congés payés pour responsabilité familiale

Les secteurs traditionnellement masculins (la construction, par exemple) trouvent certains désavantages aux mesures de conciliation travail-famille :

  • Le risque d’abus de la part des employés
  • L’augmentation de la charge de travail
  • La difficulté à respecter les échéanciers

Toutefois, la majorité des entreprises ayant participé à l’étude considère que la conciliation travail-famille est une pratique d’affaires gagnante, car elle :

  • Ne coûterait pas cher à implanter (le coût est souvent nul)
  • Pourrait être gérée de manière informelle et individualisée
  • Permettrait d’attirer ou de retenir la main d’œuvre mieux que la concurrence
  • Augmenterait la satisfaction et la motivation des employés, ce qui améliore le climat de travail

Dans l’échantillon consulté, c'est l’appui des gestionnaires plus que les aspects organisationnels (comme la nature de la tâche, par exemple) qui avait le plus d’impact sur l’implantation de mesures de conciliation travail-famille.

Si d’autres études seront nécessaires pour mieux comprendre le phénomène, la discussion est maintenant ouverte. Plusieurs sont d’avis que plus la conciliation travail-famille s’installera dans les entreprises, plus les impacts positifs se feront sentir dans les familles en général et sur le développement et le bien-être des tout-petits en particulier.

Consulter l'étude du ministère de la Famille