Observatoire des tout-petits

Afficher le menu
ENEnglish
	Les DPJ diffusent leur bilan 2017
19 septembre 2017

Les DPJ diffusent leur bilan 2017

C'est aujourd'hui que les Directions de protection de la jeunesse du Québec font paraître leur bilan annuel, articulé autour de la thématique « L'adolescence: une traversée en eaux vives ».

On y rapporte que 91 191 signalements ont été faits cette année, c’est-à-dire environ 250 signalements par jour, comparativement aux 87 800 faits en 2016.

Voici les motifs les plus fréquents répertoriés dans ce bilan :

  • abus physiques (24% des cas)
  • négligence (22%)
  • mauvais traitements psychologiques (17%)
  • risque sérieux de négligence (12%)

« Considérant que ces adolescents ont besoin de chacun de nous et que leur voix fait souvent défaut », les DPJ ont choisi, dans le cadre de leur 14e bilan annuel, « d’aborder la question de l’engagement collectif nécessaire pour réussir à mieux prendre soin de ces jeunes et à les aider à traverser le tumulte de leur vie. »

Selon notre dossier sur la maltraitance envers les enfants de 0 à 5 ans, il existe en effet des mesures collectives susceptibles de prévenir la maltraitance en soutenant les familles, comme l'aide financière, l'accès à des logements et à des services de garde de qualité, la formation accrue des professionnels de la santé, etc. « Le Québec exploite déjà plusieurs de ces voies. La hausse des cas de maltraitance doit l'inciter à faire plus et mieux. », rappelait Brigitte Breton dans un article du Soleil.

En agissant pour prévenir la maltraitance des tout-petits, souvent plus isolés, donc vulnérables, et plus dépendants des adultes qui gravitent autour d’eux, il est possible de minimiser les impacts à long terme sur le développement des adolescents de demain.

« Prendre soin de nos jeunes, c’est investir dans notre avenir collectif et surtout, c’est jeter les bases d’une société où les êtres humains naissent et demeurent égaux en dignité et en droit. »

Consulter le bilan des DPJ