Observatoire des tout-petits

Afficher le menu
ENEnglish
	Le rôle économique des tout-petits selon Alexandre Taillefer
3 mars 2017

Le rôle économique des tout-petits selon Alexandre Taillefer

Alexandre Taillefer, PDG de la firme d’investissement XPND Capital, nous invite à investir dans le bon développement des jeunes Québécois dès les premières années de leur vie. Entretien.

À vos yeux, comment le bien-être et le bon développement des petits Québécois de 0 à 5 ans s’arriment-ils à la prospérité du Québec ?

Il est évident que tout ce qui est lié à la capacité d’apprentissage et à l’éducation a un impact socioéconomique. Le goût et la capacité d’apprendre ont un impact énorme sur le décrochage scolaire, avec au final des effets économiques importants. Un humain bien éduqué qui, dès son plus jeune âge, a eu accès à du matériel éducatif et à de la prévention en santé physique et mentale, deviendra un travailleur plus productif et fournira un meilleur bilan économique.

Et pour vous, les interventions en ce sens doivent commencer dès la petite enfance ?

Oui. Il est démontré que l’accès à une éducation de qualité dès le plus jeune âge a des effets significatifs, surtout dans des situations où les enfants ont des difficultés d’apprentissage. C’est donc un choix de société essentiel.

On apprend dans le portrait 2016 de l’Observatoire des tout-petits qu’en 2013-2014, 8 % des familles ayant des enfants de moins de 6 ans étaient en situation d’insécurité alimentaire, et qu’une famille sur cinq ayant des enfants de cet âge habitait dans un logement non abordable. Croyez-vous que de telles conditions de vie peuvent nuire au bon développement de nos tout-petits ?

Il va de soi qu’une famille qui n’a pas toutes les capacités financières requises pour répondre aux besoins de base de ses jeunes enfants aura du mal à préparer leur avenir. En fait, je ne vois pas pourquoi l’école primaire et secondaire publique est gratuite, mais pas les services éducatifs pour les tout-petits. C’est illogique ! Devoir payer pour la garderie aboutit à un clivage où les familles en situation précaire deviennent des citoyens de seconde zone qui ont un accès moindre aux outils de développement pour leurs enfants.

Évidemment, offrir des services éducatifs gratuits à la petite enfance engendrerait des coûts, mais le rendement de l’investissement serait énorme pour la société. Tous les chefs d’entreprise prendraient cette décision !

Pour consulter l'article complet, consulter le dossier Le bien-être des tout-petits : un enjeu économique, fruit d'une collaboration entre l'Observatoire des tout-petits et le journal Les Affaires. Marie-Josée Lamothe, Michel Leblanc, Monique F. Leroux, Marcelin Joanis et Pascale Pageau y sont interviewés.