Observatoire des tout-petits

Afficher le menu
ENEnglish
	13 maires et mairesses de la Montérégie s'engagent pour les tout-petits!
8 avril 2017

13 maires et mairesses de la Montérégie s'engagent pour les tout-petits!

Plusieurs municipalités ont décidé d'unir leur voix en publiant dans différents médias une lettre ouverte dans laquelle les maires et mairesses s'engagent à mettre en place des mesures qui favoriseront le développement et le bien-être des tout-petits, notamment en matière d’accès au logement, par l’aménagement de parcs et par l’organisation d’activités sportives et familiales.

- Lettre d'opinion -

Les municipalités de la Montérégie en action pour nos tout-petits

Les tout-petits de la Montérégie représentent 19 % de tous les enfants québécois âgés de 0 à 5 ans. En 2015, ils étaient plus de 100 000. Quel environnement leur offrons-nous? Dans quelles conditions de vie grandissent-ils? Sommes-nous à la hauteur de ces tout-petits qui seront les grands de demain?

Nous, les maires et mairesses des municipalités de la région, avons été interpellés par le portrait annuel de l’Observatoire des tout-petits qui révèle plusieurs données sur l’environnement dans lequel se développent nos enfants.

La croyance populaire veut que la Montérégie regroupe des collectivités nanties qui offrent à nos familles des conditions de vie plutôt enviables. Et c’est loin d’être faux, si l’on se compare à d’autres régions du Québec. Mais nous ne pouvons ignorer qu’en Montérégie, la proportion d’enfants vivant dans une famille à faible revenu en 2013 s’élève à 9,8 %.

Ces familles, pour qui le quotidien est source d’insécurité et d’inquiétude sont souvent oubliées, passent souvent inaperçues. Les parents qui vivent cette réalité ne sont pas ceux qui cognent le plus aux portes de nos municipalités ou qui parlent le plus fort. La malnutrition et l’accès à un logement abordable figurent parmi les principaux enjeux pour ces familles et leurs enfants.

Au Québec, une famille sur cinq ayant un enfant âgé de 0 à 5 ans occupe un logement jugé non abordable. En plus du stress financier sur les familles, il a été démontré que les enfants d’âge préscolaire vivant dans des logements inadéquats seraient plus à risque de développer des retards de développement cognitif, langagier et socioaffectif au cours de leur vie.

Nous avons le pouvoir, mais surtout le devoir, d’agir pour venir en aide aux familles, aux tout-petits, pour leur offrir des conditions de vie saines et gagnantes. Nous nous engageons donc à mettre en place des mesures qui favoriseront le développement et le bien-être de nos enfants, notamment en matière d’accès au logement, par l’aménagement de parcs et par l’organisation d’activités sportives et familiales.

Chers concitoyens, alors que près d’un enfant tout-petit sur cinq du Québec se développe dans les communautés de la Montérégie, joignez-vous à ce mouvement collectif et, ensemble, faisons une différence pour notre avenir. La protection et le bien-être de nos enfants, c’est notre affaire à tous.

M. Alexandre Bélisle, maire de Verchères
Mme Suzanne Dansereau, mairesse de Contrecoeur
Martin Damphousse, maire de Varennes
M. François Gamache, maire de St-Amable
M. Olivar Gravel, maire de Saint-Joseph-de-Sorel
Mme Diane Lavoie, mairesse de Beloeil
M. Paul Leduc, maire de Brossard
M. Martin Murray, maire de Saint-Bruno-de-Montarville
Mme Marilyn Nadeau, mairesse de Saint-Jean-Baptiste
M. Serge Péloquin, maire de Sorel-Tracy
M. Gilles Plante, maire et préfet de la Municipalité régionale de comté de la Vallée-du-Richelieu
M. Daniel Plouffe, maire de Calixa-Lavallée
Mme Suzanne Roy, mairesse Sainte-Julie

* Cette lettre a été publiée dans les médias suivants :